Affichage des articles dont le libellé est Olivia Sparnenn. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Olivia Sparnenn. Afficher tous les articles

vendredi 28 juin 2019

Mostly Autumn - White Rainbow (2019)

Mostly Autumn White Rainbow
Mostly Autumn - White Rainbow (2019)

Pourquoi écouter ce disque ?

White Rainbow est l'album de Mostly Autumn qui n'aurait jamais dû paraître. Non pas à cause de ses qualités musicales ou artistiques, mais parce qu'il rend hommage à l'ami parti trop tôt. Liam Davison, guitariste du groupe durant dix-huit ans, s'est éteint le 4 novembre 2017, à la veille de son cinquantième anniversaire. Lui et Bryan Josh, l'âme de Mostly Autumn, étaient amis depuis l'âge de treize ans. White Rainbow a donc été enfanté dans le chagrin, la tristesse et la nostalgie. Les fans du groupe le savent, Josh et les siens ne sont jamais aussi bons, émouvants que lorsqu'ils rendent hommage à leurs proches disparus. On se souvient tous de Heroes Never Die en mémoire du père de Bryan ou de The Gap Is Too Wide, ode à la mère du claviériste Iain Jennings, pures merveilles. Ces exemples n'étaient que des chansons, White Rainbow est entièrement dédié à Liam... ou presque. Procession, Viking Funeral, Burn et Young ont été écrits spécialement en son souvenir, mais son ombre plane sur chacune des huit autres pistes, y compris sur la chanson titre, le morceau le plus long (près de vingt minutes) jamais enregistré par la formation originaire de York et qui aborde une thématique écologique. De son vivant, Liam avait émit l'idée de funérailles viking après sa mort. Cette cérémonie consiste à installer sur un bateau-tombe le corps du défunt, d'y mettre le feu, puis de laisser dériver l'embarcation. Ne pouvant le réaliser matériellement, Mostly Autumn le fait musicalement à travers les deux premiers titres du disque. Aidés de Troy Donockley aux uilleann pipes et whistles, Bryan, Iain, Olivia, Angela, Andy, Chris et le dernier arrivé dans la bande Henry Rogers (Final Conflict, Touchstone, Heather Findlay Band), regardent tous solennellement les flammes disparaître à travers les flots. Dès les premières notes, l'émotion vous prend aux tripes et ne vous lâche plus. Les larmes finissent même par jaillir, nous avons tous un ami, un proche que l'on regrette et que nous ne reverrons plus. 

Musiciens

Olivia Sparnenn : chant, claviers
Bryan Josh : chant, guitares, claviers
Iain Jennings : claviers
Chris Johnson : chant, guitares, claviers, basse
Angela Gordon : flûtes, chœurs
Andy Smith : basse
Henry Rogers : batterie, percussions

Troy Donockley : uilleann pipes, whistles

Titres

1.01. Procession
1.02. Viking Funeral 
1.03. Burn 
1.04. Run For The Sun 
1.05. Western Skies 
1.06. Into The Stars 
1.07. Up
1.08. The Undertow 
1.09. Gone 
1.10. White Rainbow
1.11. Young 

CD Bonus
2.01. Cardboard Ship 
2.02. The Gardener 
2.03. Once Upon A Time 
2.04. Coming Home 
2.05. Gone (extended version)
2.06. Thanks 
2.07. Eternally Yours 
2.08. Just So You Know 

Eternally Yours est un extrait de l'album solo de Liam Davison, A Treasure Of Well-Set Jewels (2011) dont les musiciens sont :
Liam Davison : guitares, chant
Iain Jainings : piano, cordes
Anne-Marie Helder : chant
Simmon Waggott : orgue Hammond
Gavin Griffiths : batterie



mercredi 8 mai 2019

Mostly Autumn - Sight Of Day (2017)

Mostly Autumn Sight Of Day
Mostly Autumn - Sight Of Day (2017)

Pourquoi écouter ce disque ?

En 2017, avec ce douzième album au compteur, il n'est pas exagéré de dire que Mostly Autumn est devenu le principal héritier du rock flamboyant des années fastes 68-78, dans toute sa diversité, incluant aussi bien Renaissance, Pink Floyd, Genesis, Fairport Convention, Deep Purple que Procol Harum. Tendez bien l'oreille à l'écoute de ce Sight Of Day, et vous percevrez à un moment ou un autre, chacune de ces influences, et bien d'autres encore. Après un Dressed In Voice d'une noirceur absolue, Bryan Josh, l'âme et la guitare de Mostly Autumn, a souhaité que cet opus soit plus lumineux. A côté de ses propres compositions, il a sélectionné d'autres titres écrits ou co-écrits par Olivia Sparnenn-Josh (somptueux The Man Without A Name, Only The Brave), Iain Jennings (Tomorrow Dies évoquant les années Breathing Space) et Chris Johnson (héroïque Changing Lives). Ce dernier fait son grand retour au sein de la formation, tout comme la géniale Angela Gordon (flûtes) qui avait cédé sa place à Anne-Marie Helder après Heart Full Of Sky en 2007. Plus unis que jamais, avec Andy Smith et Alex Cromarty à la rythmique, les sept musiciens et leurs deux invités (Troy Donockley de Nightwish et Anna Phoebe du Trans Siberian Orchestra), proposent une explosion de saveurs débutant par l'épique dramatique Sight Of Day, puis se terminant par un Forever And Beyond teinté de nostalgie. La magie ne cesse d'opérer, que ce soit sur Once Round The Sun ou Native Spirit mettant en valeur le jeu de guitare unique de Josh ou sur Raindown démontrant une nouvelle fois le talent d'Olivia, alliant technique de chant de haut niveau et émotion intense, et dont le large spectre vocal est capable de couvrir l'espace en une fraction de seconde. Nouveau coup de cœur, Sight Of Day demeurera partiellement incomplet sans son disque bonus sorti en édition limitée, comportant d'autres petites pépites essentiellement chantées par Olivia (Heart, Body And Soul, Moments, In Time). 

Musiciens

Olivia Sparnenn-Josh : chant, claviers, percussions
Bryan Josh : chant, guitares, claviers
Iain Jennings : claviers
Chris Johnson chant, guitares, claviers, percussions
Angela Gordon : flûtes, chant
Andy Smith : basse
Alex Cromarty : batterie, percussions

Troy Donockley : uilleann pipes, whistle 
Anna Phoebe : violon

Titres

1.01. Sight Of Day
1.02. Once Around The Sun
1.03. The Man Without A Name
1.04. Hammerdown
1.05. Changing Lives
1.06. Only The Brave 
1.07. Native Spirit
1.08. Tomorrow Dies 
1.09. Raindown
1.10. Forever And Beyond 

CD Bonus
2.01. No Sense
2.02. Back In Time 
2.03. Heart, Body And Soul 
2.04. Moments 
2.05. Pushing Down The Floor
2.06. July (Instrumental) 
2.07. In Time

jeudi 21 mars 2019

Josh & Co LTD - Transylvania Part 1: The Count Demands It (2016)

Bryan Josh Transylvania
Josh & Co LTD - Transylvania Part 1: The Count Demands It
(2016)

Pourquoi écouter ce disque ?

Pour sa nouvelle escapade en solo, Bryan Josh, leader de Mostly Autumn, se lance dans une trilogie sanguinolente. Entre horreur et humour, le narrateur de cette histoire raconte sa rencontre avec une magnifique vampire au fin fond de la Transylvanie, sa captivité et sa relation toute particulière avec le père de celle-ci, un certain Comte non dénué de cruauté. Ambiance glaciale garantie, ainsi que dérision, à l'instar du célèbre Bal Des Vampires de Polanski. Si la musique s'éloigne guère de ce que Josh propose avec Mostly Autumn, le son est plus brut, quasi métal parfois, avec un certain lâcher prise dans l'exploration de nouvelles voies. C'est le cas notamment pour un Carnival Of The Rotting Sun terrible, sur lequel excelle Troy Donockley, son ami de vingt ans. Avec Bryan, tout est affaire de famille et d'amis. S'il chante et joue des principaux instruments, son épouse Olivia Sparnenn-Josh vient poser sa merveilleuse voix sur deux titres en jouant le rôle de la fille du Comte. Autre ami de longue date, le chanteur Marc Atkinson (Riversea, Nine Stones Close) rejoint les chœurs à la fin de l'aventure (Beyond The Wall). Un peu avant, ceux sont les enfants d'Heather Findlay et d'Angela Gordon qui ont participé au carnaval diabolique aux côtés de Troy. Quant à Anna Phoebe, son violon électrise The Dead Sun, déchirante lueur d'espoir avant que ne s'abatte à tout jamais l'obscurité. Pour les percussions, Bryan a convoqué son compagnon de route Alex Cromarty, authentique diablotin qui a su conserver son âme d'enfant. Cette première partie étant une très bonne surprise, l'impatience demeure dans l'attente de la suite. 

Musiciens

Bryan Josh : chant, guitares, claviers, basse, percussions

Olivia Sparnenn-Josh : chant
Alex Cromarty : batterie
Troy Donockley : uilleann pipes, whistles, bouzouki, chant
Anna Phoebe : violon, alto
Marc Atkinson : chant
Scarlett Gordon : chant
Karlan Findlay-Loftus : chant
Drayke Findlay-Loftus : chant

Titres

01.The Count Speaks
02. The Back Lane
03. In For The Bite
04. Far Away
05. The Castle of 1000 Dead
06. Again The Count Speaks
07. Carnival Of The Rotting Sun
08. The Wolves Of Kolkon
09. The Dead Sun
10. The Count Lectures
11. Lonely and Cold
12. Rainbow
13. The Old Man
14. Ulak The Gripper
15. Beyond The Wall
16. The Count Commands

dimanche 21 octobre 2018

Mostly Autumn Acoustic - The Genesis Revisited Tour 2014 (2015)

Mostly Autumn Acoustic
Mostly Autumn Acoustic - The Genesis Revisited Tour 2014
(2015)

Pourquoi écouter ce disque ?

A l'automne 2014, Bryan Josh et Olivia Sparnenn-Josh ont été conviés par Steve Hackett et son épouse à ouvrir les concerts britanniques du Genesis Revisited Tour. On se souvient qu'avec Pink Floyd, Genesis est une des principales sources d'inspiration de Mostly Autumn. Le groupe avait même repris avec enthousiasme Afterglow à l'époque de The V Shows. Ainsi, Bryan et Olivia se sont embarqués dans cette aventure inoubliable sous le nom de Mostly Autumn Acoustic. En un peu moins d'une demi-heure, ils interprétaient, seuls sur scène, cinq titres de leur immense répertoire. Cet EP est donc le témoignage de ces moments uniques. Le set s'ouvre avec un Simple Ways (Passengers) hésitant, le duo cherchant encore ses marques durant les premières notes. Puis très vite, les deux voix se mêlent pour un résultat grandiose. S'ensuivent le classique Evergreen (The Spirit Of Autumn Past), The House On The Hill du dernier album en date Dressed In Voices, puis l'hymne Heroes Never Die du premier disque For All We Shared..., composé en mémoire du père de Bryan. La chanson Dressed In Voices clôture le show. La voix si puissante d'Olivia y provoque de véritables frissons, et on ne sera pas surpris d'apprendre qu'elle a reçu cette même année le prix de meilleure chanteuse décerné lors des prestigieux CRS Awards. En bonus, The Rain Song a été ajoutée avec en plus Iain Jennings aux claviers et Anne-Marie Helder au chant et à la flûte. 

En parallèle à cette série de concerts, les vieux fans du groupe se souviendront qu'au début des années 2000, Mostly Autumn s'était également produit en version réduite lors de la tournée de Blackmore's Night faisant suite à leur album Under A Violet Moon. L'équipe était alors composée de Bryan Josh, Heather Findlay et Angela Gordon (alors Goldthorpe). Une toute autre époque...

Musiciens

Bryan Josh : chant, guitare acoustique
Olivia Sparnenn-Josh : chant, flûte, percussions

Iain Jennings : piano
Anne-Marie Helder : flûte, chant

Titres

01. Simple Ways
02. Evergreen
03. The House On The Hill
04. Heroes Never Die
05. Dressed In Voices
Bonus
06. The Rain Song
      

jeudi 20 septembre 2018

Mostly Autumn - Box Of Tears (2015)

Mostly Autumn Box Of Tears
Mostly Autumn - Box Of Tears (2015)

Pourquoi écouter ce disque ?

En 2014, Mostly Autumn a sorti un album monumental intitulé Dressed In Voices (cliquer ici pour lire ma chronique). Véritable réflexion sur la vie, son sens et sa fin, à travers un fait divers tragique, ce disque fait partie des meilleurs d'une discographie déjà bien fournie depuis 1998. Il était donc inévitable que le groupe reprenne la route pour le jouer dans son intégralité. Box Of Tears est donc le témoignage de ces moments uniques. Aucun titre d'un autre album n'a été retenu. L'ambition de Josh était de capter au mieux l'interprétation de sa dernière œuvre et d'en cristalliser à tout jamais l'intensité. Aussi à l'aise sur scène qu'en studio, il livre avec ses musiciens une prestation sans faille restituant à la perfection l'ambiance particulière de Dressed In Voices, entre moments lumineux et passages troubles, obscurs, à l'instar de la vraie vie. Accompagné de son épouse Olivia au chant, ils vivent tous deux passionnément les textes ainsi que l'histoire racontée. Tel un moment de grâce, une sorte d'union sacrée s'est constituée entre les musiciens. A leur propos, notons le retour de Chris Johnson qui officiait déjà à l'époque de Heart Full Of Sky en 2007. Il remplace au poste de guitariste le regretté Liam Davison. Autre particularité, Box Of Tears est le dernier enregistrement réalisé en collaboration avec Anne-Marie Helder. Privilégiant désormais son propre groupe Panic Room,  elle cédera par la suite sa place à une autre revenante, Angela Gordon. Véritable complément à Dressed In Voices, Box Of Tears s'écoute avec le même intérêt et provoque à chaque écoute son lot d'émotions incontrôlables. 

Musiciens

Bryan Josh : chant, guitares
Olivia Sparnenn-Josh : chant, percussions
Iain Jennings : claviers
Chris Johnson : guitares, chant
Andy Smith : basse
Alex Cromarty : batterie
Anne-Marie Helder : flûte, claviers, percussions, chant

Titres

01. Saturday Night
02. Not Yours To Fall
03. Running
04. (See You)
05. Home
06. First Day At School
07. Down By The River
08. Skin On Skin
09. The House On The Hill
10. The Last Day
11. Dressed In Voices
12. The Library
13. (Footsteps) / Box Of Tears

dimanche 8 juillet 2018

Riversea - The Tide (2018)

Riversea The Tide
Riversea - The Tide (2018)

Pourquoi écouter ce disque ?

Six ans après l'éblouissant Out Of An Ancient World, Riversea est de retour avec le tout aussi splendide The Tide. Composé du duo Marc Atkinson (chant) - Brendan Eyre (claviers), auquel se sont ajoutés le bassiste Dave Clements (Mandalaband) et le batteur Alex Cromarty (ex-Mostly Autumn), Riversea nous livre une nouvelle fois sa vision du monde, entre désenchantement et mélancolie. Cette langoureuse musique atmosphérique, héritière du Pink Floyd et du Marillion de l'ère Hogarth, nous conduit, à l'instar de l'œuvre de Cioran, sur les cimes du désespoir. Si les claviers de Brendan contribuent à créer ce climat désabusé, la voix de Marc, mi-chantée, mi-parlée, pleure ce monde de solitude à la dérive. De faibles lueurs d'espoir jaillissent néanmoins des quelques jets de guitares typiquement gilmouriens. Six guitaristes se succèdent tout au long du disque : Lee Abraham (Galahad), Martin Ledger (Cloud Atlas, Heather Findlay Band), Peter Aves présent sur quatre titres, Paul Cusick, Robin Armstrong (Cosmograph), et Simon Godfrey (Tinyfish). Olivia Sparnenn Josh (sublime mais trop en retrait sur la chanson titre The Tide en ouverture), Janine Atkinson (sœur de Marc) ainsi que Louise Dawson sont les trois voix complémentaires apportant cette touche féminine indispensable à l'ensemble. Les illustrations de l'artiste ukrainien Ed Unitsky contribuent également à renforcer cette ambiance de désolation. Elles ne laissent aucun doute sur l'issue fatale vers laquelle nous nous dirigeons... A méditer. 

Musiciens

Marc Atkinson : chant
Brendan Eyre : claviers, guitares, percussions, programmation
David Clements : basse
Alex Cromarty : batterie

Peter Aves : guitares 
Lee Abraham : guitares
Paul Cusick : guitares
Robin Armstong : guitares
Martin Ledger : guitares
Simon Godfrey : guitares
Tony Patterson : flûte
Olivia Sparnenn Josh : chant
Janine Atkinson : chant   
Louise Dawson : chant

Titres

01. The Tide
02. Shine
03. Blasphemy
04. Your Last Day
05. Drowning In Vertigo
06. Strange Land
07. The Design
08. Fall Out Warning
09. Goodbye My Friend
10. To Those That Are Left Behind
11. Uprising
12. The Tide Reprise

jeudi 28 juin 2018

Mostly Autumn - Dressed In Voices (2014)

Mostly Autumn Dressed In Voices
Mostly Autumn - Dressed In Voices (2014)

Pourquoi écouter ce disque ?

Dressed In Voices est le premier concept album de Mostly Autumn. Sorti en 2014, il raconte la triste destinée d'un homme se faisant assassiner un samedi soir, pour rien, et qui voit défiler les moments-clés de sa vie à travers les yeux de son meurtrier. Ce dernier ressent alors, l'espace d'un instant, tous les sentiments qui ont habité cette vie perdue à jamais. Le sujet ainsi posé, on se doute bien que l'ambiance générale ne sera pas des plus gaies. Les trois premiers titres présentent les circonstances du drame, suit ensuite l'interlude [See You], puis nous sommes plongés dans l'histoire de cet homme qui prendra fin avec le nouvel interlude [Footsteps] et le final dantesque Box Of Tears. Si Bryan Josh incarne à la perfection l'aspect sombre du disque, la lumière jaillit d'une Olivia Sparnenn-Josh resplendissante, au sommet de son art. Saturday Night, Running, The House On The Hill, et surtout The Last Day, lointain écho à The Spirit Of Autumn Past, la magnifique chanson titre Dressed In Voices et le déjà cité Box Of Tears sont autant de titres qui prennent toute leur dimension sous l'impulsion de son chant émotionnellement très fort. A l'origine, Dressed In Voices était conçu comme un projet solo de Josh. Mais, devant l'implication des autres musiciens, il s'est transformé en album de Mostly Autumn. Ainsi, on retrouve Iain Jennings aux claviers, Adam Smith à la basse, et le dernier arrivé Alex Cromarty à la batterie. Si Liam Davison (décédé tragiquement fin 2017) s'est placé en retrait avant son départi définitif, Anne-Marie Helder ne paraît plus faire partie du groupe et semble présente en tant qu'invitée, à l'instar du fidèle Troy Donockley et de B.J. Cole. Bien que d'une noirceur absolue, ce disque est excellent en tous points, il se place parmi mes préférés de la nouvelle ère de ce groupe combinant avec un savoir-faire d'orfèvre rock progressif et folk.

Musiciens 

Bryan Josh : chant, guitares, claviers
Olivia Sparnenn-Josh : chant, percussions
Iain Jennings : claviers
Andy Smith : basse
Alex Cromarty : batterie, percussions
Liam Davison : guitares
Anne-Marie Helder : flûte, chœurs

Troy Donockley : bouzouki, flûte
B.J. Cole : pedal steel guitar

Titres

1.01. Saturday Night
1.02. Not Yours To Take
1.0. Running
1.04. See You
1.05. Home
1.06. First Day At School
1.07. Down By The River
1.08. Skin On Skin
1.09. The House On The Hill
1.10. The Last Day
1.11. Dressed In Voices
1.12. The Library
1.13. Footsteps
1.14. Box Of Tears

CD Bonus
1.01. Silhouettes Of Stolen Ghosts
1.02. Wastelands (Instrumental)
1.03. Teardrop Of Flame
1.04. Dance Until The Dawn Invades
1.05. Stepping Stones
1.06. Would You...
1.07. One You Mean
1.08. Skin On Skin (Instrumental)
1.09. Lady Rainbows

samedi 24 février 2018

Mostly Autumn - Live At The Boerderij (2013)

Mostly Autumn Live At The Boerderij
Mostly Autumn - Live At The Boerderij (2013)

Pourquoi écouter ce disque ?

Enregistré le 15 septembre 2012 aux Pays-Bas, Live At The Boerderij de Mostly Autumn fait suite à leur dernier album en date alors The Ghost Moon Orchestra. L'instrumental Distant Train ouvre le set, permettant aux musiciens de se mettre en place. S'ensuit un festival d'émotions colorées durant plus de deux heures. Du dramatique Unquiet Tears faisant la part belle au chant mélodieux d'Olivia Sparnenn soutenue par Anne-Marie Helder, jusqu'au final cérémonieux Tonight, Mostly Autumn revisite son répertoire où sont privilégiés les titres des deux derniers albums (Go Well Diamond Heart, The Ghost Moon Orchestra), et ceux des quatre premiers (For All We Shared, The Spirit Of Autumn Past, The Last Bright Light, Passengers). Du haut de ses quinze ans d'existence, Bryan Josh et sa bande n'ont jamais tourné le dos à leurs fondamentaux qui trouvent leur source dans le rock progressif des origines (Pink Floyd, Genesis), le folk électrique (Fairport Convention) et le heavy naissant des seventies (Deep Purple). D'une fidélité sans faille à ses fans, les musiciens cherchent sans cesse à les surprendre, que ce soit à travers la splendide ballade Questioning Eyes de Breathing Space, en interprétant quelques raretés (Ice, The Last Train, Tonight), ou en leur offrant de magnifiques plages instrumentales, comme la flûte d'Anne-Marie sur The Last Climb ou les flamboyants soli de guitares de Bryan. Dernier point, Live At The Boerderij demeure le dernier enregistrement en concert sur lequel figure le regretté Liam Davison

Musiciens

Olivia Sparnenn : chant, percussions
Bryan Josh : chant, guitares
Liam Davison : guitares
Iain Jennings : claviers
Anne-Marie Helder : flûte, claviers, chant
Andy Smith : basse
Gavin Griffiths : batterie

Titres


1.01.  Distant Train
1.02.  Unquiet Tears
1.03. Drops Of The Sun
1.04. The Devil & The Orchestra
1.05. Evergreen
1.06. Ice
1.07. Questioning Eyes

2.01. The Dark Before The Dawn
2.02. Deep In Borrowdale
2.03. Passengers
2.04. The Last Climb
2.05. Tennyson Mansion
2.06. Wild Eyed Skies
2.07. The Last Bright Light
2.08. Heroes Never Die
2.09. And When The War Is Over
2.10. The Last Train
2.11. Tonight

mardi 19 décembre 2017

Riversea - Out Of An Ancient World (2012)

Riversea Out Of An Ancient World
Riversea - Out Of An Ancient World (2012)

Pourquoi écouter ce disque ?

Riversea est une jeune formation constitué du chanteur Marc Atkinson et du claviériste Brendan Eyre, tous deux officiant au sein de Nine Stones Close. Proche de la galaxie Mostly Autumn, Marc est, à mon sens, une des plus belles voix masculines de la scène rock actuelle aux côtés de Steve Balsamo et Damian Wilson. Les deux musiciens ont commencé à collaborer ensemble sur ce beau projet dès 2006. Les enregistrements se sont étalés ensuite sur cinq années, pour ce terminer en 2011. Ironie de l'histoire, le morceau d'ouverture In The Beginning... est le dernier à avoir été mis en boîte. Out Of An Ancient World est un concept album s'articulant autour de questions existentielles relatives à la vie, à la place de l'homme dans l'univers et à sa relation avec Dieu. Entre rock progressif et rock atmosphérique, Riversea se place dans la continuité du Pink Floyd. Pas moins de sept guitaristes ont été invités pour des soli aux accents très "gilmouriens" : Bryan Josh et feu Liam Davison (Mostly Autumn), Adam Dawson (Stolen Earth), Adrian Jones (Nine Stones Close), Ashley Mulford (Mandalaband), Paul Cusick (Gabriel), Mark Rowen (Breathing Space). Basse et batterie sont joués respectivement par Dave 'Clem' Clements (Mandalaband) et Alex Cromarty (Heather Findlay Band et futur Mostly Autumn). S'il me fallait retenir qu'un seul titre, ce serait sans hésitation la deuxième plage, The Song, sur laquelle Olivia Sparnenn de Mostly Autumn livre une prestation brillante en toute fin du morceau. La puissance émotionnelle de sa voix, bien que ponctuelle, transcende littéralement l'ensemble du disque. On est là à un niveau comparable à celui de Clare Torry pour The Great Gig In The Sky, de Sally Oldfield pour Shadow Of The Hierophant, ou encore de Yanick Etienne pour Avalon. Magnifique. 

Musiciens

Marc Atkinson : chant, guitare acoustique
Brendan Eyre : claviers, programmation

Adam Dawson : guitares
Adrian Jones : guitares
Ashley Mulford : guitares
Paul Cusick : guitares
Bryan Josh : guitares
Liam Davison : guitares
Mark Rowen : guitares
Dave 'Clem' Clements : basse
Alex Cromarty : batterie, chœurs
Tony Patterson : flûte
Janine Atkinson Benn : chœurs
Louise Dawson : chœurs
Olivia Sparnenn : chant

Titres

01. In The Beginning...
02. The Song
03. Is That What God Wants?
04. Halo
05. The Fallen
06. Eden
07. Still Home
08. Falling Stars
09. Wiser
10. Freeze The Frame
11. Still Home (Reprise)
12. Out Of An Ancient World

jeudi 26 octobre 2017

Mostly Autumn - The Ghost Moon Orchestra (2012)

Mostly Autumn The Ghost Moon Orchestra
Mostly Autumn - The Ghost Moon Orchestra (2012)

Pourquoi écouter ce disque ?

The Ghost Moon Orchestra est le deuxième album de Mostly Autumn avec Olivia Sparnenn au chant principal. Dotée d'une voix fantastique aux capacités émotionnelles inouïes, on ne peut que se satisfaire du choix de Bryan Josh, leader devant l'Éternel de ce groupe génial, de l'avoir mise en avant. Chose rare à signaler, il n'y a pas eu de changement de personnel entre ce disque et le précédent Go Well Diamond Heart. Si l'ombre d'Heather Findlay planait sur ce dernier, The Ghost Moon Orchestra, sans vraiment être un concept, est construit autour de la thématique de la lune. Sans surprise, Mostly Autumn fait du Mostly Autumn, et il le fait bien. Dès Unquiet Tears, le morceau d'ouverture, les musiciens alternent habilement douceur et mise sous tension jusqu'à nous filer la chair de poule. Mes titres favoris sont dans la même veine et mettent en lumière la voix d'Olivia : The Ghost Moon Orchestra au texte assez effrayant, Tennyson Mansion, hommage à nos chers disparus avec un Bryan Josh écorché très émouvant, et le magnifique Wild Eyed Skies sur lequel on retrouve l'ami de longue date Troy Donockley aux uilleann pipes. Si les pêchus Drops Of The Sun et The Devil And The Orchestra m'évoquent davantage Storms Over Still Water (2005), This Ragged Heart aux accents folks (guitare acoustique, flûtes) s'inscrit plutôt dans la continuité des premiers albums. Sur les autres plages, Mostly Autumn se promène entre psychédélisme (King Of The Valley), délicieuse ballade pop (Things That We Notice) et comptine pour enfants (Top Of The World).

Il existe une édition spéciale de cet album comportant un second CD intitulé A Weather For Poets. En douze titres Josh et sa bande revisitent des classiques du groupe dans des versions acoustiques épurées (Passengers, Evergreen, Heroes Never Die...), propose quelques inédits dont certains prendront toute leur dimension sur scène, Tonight notamment, et offre une magnifique reprise de The Rain Song à l'origine sur Coming Up For Air de Breathing Space, l'ancien groupe d'Olivia et de Iain Jennings. 

Musiciens

Bryan Josh : chant, guitares, claviers
Olivia Sparnenn : chant, percussions
Iain Jennings : claviers
Liam Davison : guitares, chant
Andy Smith : basse
Gavin Griffiths : batterie
Anne-Marie Helder : chant, claviers, flûte, percussions

Troy Donockley : low whistle, uilleann pipes

Titres

1.01. Unquiet Tears
1.02. Drops Of The Sun
1.03. The Devil And The Orchestra
1.04. The Ghost Moon Orchestra
1.05. This Ragged Heart
1.06. King Of The Valley
1.07. Things That We Notice
1.08. Tennyson Mansion
1.09. Wild Eyed Skies
1.10. Top Of The World

A Weather For Poets
2.01. Working Man
2.02. The Rain Song
2.03. The Second Hand
2.04. Caught In A Fold
2.05. Passengers
2.06. Pure White Light
2.07. Constellations
2.08. Evergreen
2.09. Heroes Never Die
2.10. Changing Fast
2.11. The Last Train
2.12. Tonight
 

samedi 15 juillet 2017

Mostly Autumn - Still Beautiful Live 2011 (2011)

Mostly Autumn Still Beautiful
Mostly Autumn - Still Beautiful
Live 2011 (2011)
La tradition s'installe pour le plus grand bonheur des fans de Mostly Autumn. Chaque nouvel album studio est désormais suivi de son disque en concert. Still Beautiful Live 2011 est donc le témoignage live de la tournée promotionnelle qui accompagnait la parution de Go Well Diamond Heat. Sorti en 2010, il est le premier album avec Olivia Sparnenn au chant principal, suite au départ surprise d'Heather Findlay. Cette dernière officiait à ce poste depuis plus d'une dizaine d'années.

Fait rare, le line-up est demeuré stable après plusieurs années de turbulences. Autour d'Olivia et de son mari Bryan Josh, l'âme de Mostly Atumn, se tiennent les vieux complices Iain Jennings aux claviers, Liam Davison à la guitare et Andy Smith à la basse. Les deux Panic Room Anne-Marie Helder et Gavin Griffiths viennent renforcer l'équipe, flûte, claviers et chœurs pour la première, batterie et percussions pour le second. 

Si la setlist met bien en avant la toute dernière production du groupe avec pas moins de huit titres joués sur les dix-neuf présentés, dont deux extraits de la version collector, Forever Young  et l'excellent Ice, Passengers est lui aussi mis à l'honneur. Cinq de ses titres ont été retenus, et pas des moindres : Distaint Train à la flûte angélique, le tonitruant Answer The Question, un Caught In A Fold très rock enjolivé une nouvelle fois par la flûte d'Anne-Marie, la magnifique chanson titre et son piano inoubliable, First Thought, dernier mets délicat. Pour le reste du répertoire, Mostly Autumn a pioché dans sans trois premiers albums et au sein du projet parallèle de Iain Jennings, Breathing Space avec un Questioning Eyes à la beauté renversante.  

Le concert se termine de manière bienveillante par l'hymne à la paix And When The War Is Over... qui n'est pas sans rappeler le tout aussi émouvant Dance Me To The End Of Love du regretté Leonard Cohen. Still Beautiful Live 2011 démontre une nouvelle fois à toute personne qui en douterait encore que Mostly Autumn est un groupe de scène, fait pour celle-ci. Son énergie y est décuplée par rapport à ce qu'il produit en studio et l'émotion, présente sur chaque titre, est à l'état brut. Comme du diamant...

Musiciens


Olivia Sparnenn : chant, guitare acoustique, percussions
Bryan Josh : chant, guitares
Iain Jennings : claviers
Liam Davison : guitares, chant
Andy Smith : basse
Anne-Marie Helder : chant, claviers, flûte
Gavin Griffiths : batterie

Titres


1.01. Hold The Sun
1.02. Deep In Borrowdale
1.03. Something Better
1.04. Forever Young
1.05. Ice
1.06. The Dark Before The Dawn
1.07. The Last Climb
1.08. Questioning Eyes

2.01. Heroes Never Die
2.02. Distant Train
2.03. Answer The Question
2.04. Caught In A Fold
2.05. Nowhere To Hide
2.06. Go Well Diamond Heart
2.07. Passengers
2.08. First Thought
2.09. For All We Shared
2.10. Evergreen
2.11. And When The War Is Over...

dimanche 11 juin 2017

Troy Donockley - Messages (2011)

Troy Donockley Messages
Troy Donockley - Messages (2011)
Inutile de présenter Troy Donockley, le plus célèbre joueur d'uilleann pipes (cornemuse irlandaise) et de whistles (flûtes irlandaises) de la scène progressive contemporaine. Ancien membre de Iona qu'il a quitté en 2009 pour intégrer Nightwish, il a joué avec un nombre considérable d'artistes, de Maddy Prior à Barbara Dickson en passant par Mostly Autumn, Magenta ou Karnataka.  

En parallèle à ces multiples collaborations et en l'espace d'une décennie, il a sorti sous son seul nom trois splendides albums d'une qualité exceptionnelle : The Unseen Stream (1998), The Pursuit Of  Illusion (2003) et The Madness Of Crowds (2009). Messages, compilation mise sur le marché en 2011, rassemble une sélection d'extraits de ces trois disques, plus deux inédits : For Him Who Will Never Return, chanson traditionnelle réarrangée, et Dunmail Rising inspirée de la beauté sauvage de Lake District, région montagneuse du Nord-Ouest de l'Angleterre, sur laquelle on découvre le violon virevoltant de Peter Knight du Fairport Convention. 

Barbara Dickson, Heather Findlay (ex-Mostly Autumn), Olivia Sparnenn (Mostly Autumn) et surtout Joanne Hogg (Iona), absolument fabuleuse sur Pursuit Of Illusions, titre qui mérite à lui seul l'achat de cette compilation voire de l'album du même nom, sont les quatre grandes voix féminines enchanteresses que l'on croise au fil des titres. La musique de Troy, complexe, demeure difficile à définir. Elle se veut à la fois savante, classique, sacrée, progressive, expérimentale, celtique et folklorique. 

Messages est le reflet fidèle de l'univers artistique de Troy Donockley, multi-instrumentiste inspiré et talentueux, l'un des plus doués de sa génération, mais aussi des plus convoités. Compilation indispensable à toute bonne discothèque de référence qui se respecte. 


Titres


01. Sights
02. For Him Who Will Never Return
03. Now, Voyager
04. Fragment
05. Orkahaugr
06. Finlandia
07. Dunmail Rising
08. Pursuit Of Illusion
09. Tunnels
10. The Procession

mercredi 14 décembre 2016

Mostly Autumn - Go Well Diamond Heart (2010)

Mostly Autumn Go Well Diamond Heart
Mostly Autumn - Go Well Diamond
Heart (2010)
Nouvel album, nouveau line-up. Et pas des moindres. Go Well Diamond Heart voit le retour de deux membres historiques de Mostly Autumn : le claviériste Iain Jennings et le guitariste Liam Davison. Gavin Griffiths qui officiait auparavant au sein de Karnataka et qui opère désormais avec Panic Room, occupe le poste si convoité de batteur. 

Mais le changement le plus significatif, et le plus redouté, est le remplacement d'Heather Findlay par Olivia Sparnenn. Contrairement à Tarja Turunen ou à d'autres, Heather n'a pas été mise dehors, c'est elle qui a pris la (lourde) décision de partir, et ce, au grand désespoir de Bryan Josh, le leader de la bande.  

Néanmoins, son ombre plane sur l'ensemble de l'album dont le travail d'écriture avait commencé bien avant son annonce. Certaines chansons composées dans l'idée de sa participation ont été conservées, et cela se ressent. D'autres lui sont directement dédiées. Violet Skies est une lettre émouvante que lui adresse Bryan par l'intermédiaire d'Olivia. Il avoue également avoir eu à l'esprit son amie de cœur au moment d'écrire Back To Life, majestueuse ballade. 

C'est donc après cinq années passées dans le groupe et après avoir menée Breathing Space, sa propre formation avec Iain Jennings, qu'Olivia devient la nouvelle femme forte de Mostly Autumn. Anne-Marie Helder, toujours présente, la seconde aux harmonies vocales auxquelles s'ajoute son talent de multi-instrumentiste. On ne pouvait mieux rêver pour cette succession. Olivia possède une voix aussi douce que sa devancière, mais fait preuve d'un plus grande puissance. Lorsqu'elle se lance, rien ni personne ne semblent pouvoir l'arrêter. 

Sans pour autant opérer un retour en arrière, Mostly Autumn emprunte à nouveau la voie folk et celtique. For All We Shared qui rend un vibrant hommage à tous ses fans, ouvre l'album et donne le ton. Clin d’œil appuyé au tout premier album du groupe, il bénéfice de l'intervention magique du fidèle Troy Donockley à la cornemuse et aux flûtes irlandaises. Comme par enchantement, il réapparaît ensuite sur le très inspiré Back To Life et And When The War Is Over..., hymne à la paix, sorte de Dance Me To The End Of Love de feu Leonard Cohen que l'on imaginerait interprété en duo avec Jennifer Warnes, accompagné d'un David Gilmour flamboyant à la guitare. Aux chœurs, on peut y entendre un autre ami de longue date, ce cher Marc Atkinson, venu déjà prêter sa voix en des temps plus anciens (The Last Bright Light, The Story So Far, Passengers...).

Hold The Sun durant lequel alternent ambiances menaçantes et hypnotiques, et la chanson titre Go Well Diamond Heart, écrite en l'honneur de Ben Parkinson, soldat britannique fan de la formation yorkaise qui a perdu ses jambes au cour d'une mission en Afghanistan, sont deux moments de grâce absolue qu'illuminent Josh et son jeu de guitare si caractéristique. Plus secondaires, Deep In Borrowdale trop heavy et Something Better au refrain entêtant sont de la même qualité que l'ensemble des titres proposés sur le second CD de la version collector. On en compte huit au total. Ice, captivant d'un bout à l'autre par sa montée en puissance, et Forever Young que l'on croirait sorti tout droit du répertoire de Breathing Space, sont les plus intéressants. Josh et sa bande leur offriront même une certaine reconnaissance en les interprétant régulièrement sur scène. 

Disque charnière dans la carrière de Mostly Autumn, Go Well Diamond Heart apparaît en définitive comme la transition équilibrée entre un passé extrêmement riche qui se referme lentement et l'ouverture vers de nouveaux horizons à explorer. Le très sélect Classic Rock Society ne s'y est pas trompé en lui décernant le titre mérité de meilleur album de l'année 2010. Dans la foulée, Bryan a été sacré meilleur guitariste, Olivia meilleure chanteuse et Gavin Griffiths meilleur batteur. Si on y ajoute le prix de la meilleure prestation live et celui de personnalité de l'année attribué à Anne-Marie Helder, la grande famille Mostly Autumn a raflé en cette année 2010 la presque totalité des récompenses des CRS Awards. Et c'était amplement mérité... 


Musiciens


Olivia Sparnenn : chant, percussions
Bryan Josh : chant, guitares, claviers
Iain Jennings : claviers
Liam Davison : guitares
Anne-Marie Helder : chant, claviers, flûte, guitare acoustique
Andy Smith : basse
Gavin Griffiths : batterie

Troy Donockley : uilleann pipes, flûtes
Marc Atkinson : chœurs

Titres


1.01.For All We Shared
1.02. Violet Skies
1.03. Deep In Borrowdale
1.04. Something Better
1.05. Go Well Diamond Heart
1.06. Back To Life
1.07. Hold The Sun
1.08. And When The War Is Over...

2.01. Sound Of The World
2.02. High
2.03. 67-79
2.04. Anything At All
2.05. Ice
2.06. Hats Off
2.07. Forever Young
2.08. Days Of Our Love

jeudi 10 novembre 2016

Mostly Autumn - Live At High Voltage (2011)

Mostly Autumn Live At High Voltage
Mostly Autumn - Live At
High Voltage (2011)
Le 24 juillet 2011, Mostly Autumn participe au High Voltage Festival qui se déroule au Victoria Park de Londres. Ce festival avait l'ambition de réunir des artistes de la scène rock, prog et metal. Il n'y aura finalement que deux éditions, une première en 2010, avec notamment Pendragon, Touchstone, Marillion, Steve Hackett et The Reasoning, et une dernière l'année suivante. Josh et les siens partageront ce jour-là l'affiche avec Jethro Tull, Spock's Beard, Curved Air, The Enid et Pallas.  

Leur prestation de 45 minutes sera gravée sur CD et diffusée via le label du festival. Cet enregistrement live à la particularité d'être le premier avec la séduisante Olivia Sparnenn au chant principal. Malheureusement, disons-le tout de suite, la qualité sonore laisse à désirer. Basse et batterie sont trop mixés en avant, les chœurs sur Answer The Question sont inaudibles, plus divers autres problèmes mineurs de-ci, de-là... Bref, nous avons l'impression d'avoir à faire à un bootleg de médiocre qualité. 

La setlist se compose de six titres. Les trois premiers sont des classiques dont on ne se lasse pas : l'instrumental floydien Distant Train, Answer The Question toujours aussi efficace, et Evergreen avec une Olivia sublime au chant qui, en quelques minutes, fait très vite oublier les années Findlay. Puis c'est Deep In Borrowdale du dernier album Go Well Diamond Heart. Le ton change, le groupe ne nous avait pas habitué à du rock aussi hargneux. Suivent deux monuments, Questioning Eyes, extrait du répertoire de l'ancienne formation d'Olivia, Breathing Space, dédié à son père, et Heroes Never Die, véritable hymne en hommage cette fois-ci au père de Bryan.

Bien que plaisant et résumant de manière intelligente les différents styles abordés par le groupe tout au long de sa longue carrière (prog, folk, celtique, rock), Live At High Voltage est à réserver avant tout aux curieux ainsi qu'aux complétistes de Mostly Autumn. Pour les autres, mieux vaudra se pencher sur les albums live suivants : Still Beautiful puis Live At The Boerderij.



Musiciens   


Bryan Josh : chant, guitares
Olivia Sparnenn : chant
Iain Jennings : claviers
Andy Smith : basse
Anne-Marie Helder : flûte, chant, claviers
Liam Davison : guitares
Gavin Griffiths : batterie

Titres


01. Distant Train
02. Answer The Question
03. Evergreen
04. Deep In Borrowdale
05. Questioning Eyes
06. Heroes Never Die

lundi 7 novembre 2016

Breathing Space - Below The Radar Live (2010)

Breathing Space Below The Radar Live
Breathing Space - Below The Radar
Live (2010)
Below The Radar Live est un bootleg officiel de Breathing Space. Disponible en édition limitée, il contient l'enregistrement d'un concert donné à Bilston le 4 avril 2010.

Depuis sa création, en 2005, Breathing Space a grandi dans l'ombre de Mostly Autumn. Nombre de ses musiciens, et pas n'importe lesquels, en ont été membres. En premier lieu, le claviériste Iain Jennings, son fondateur, ainsi qu'Olivia Sparnenn, sa chanteuse. Mais aussi Andrew Jennings, Liam Davison, Anne-Marie Helder, Andy Smith ou Heidi Widdop. Ce soir-là, Breathing Space accueille en son sein Bryan Josh, l'âme de Mostly Autumn. Et, accessoirement, compagnon d'Olivia. 

A leurs côtés, nous retrouvons les mêmes musiciens que sur le dernier album Below The Radar : Paul Teasdale à la basse, Barry Cassells à la batterie et Ben Jennings aux claviers. Seul manque Liam Davison parti travailler sur son futur disque en solo. C'est donc Josh qui le remplace. D'une durée approximative de 2h10, le concert est réparti sur deux CD.

Après une introduction psychédélico-gothique, le groupe entre dans le vif du sujet en entamant Forgive Or Surrender, premier titre de Breathing Space, l'album. Au total, quatre titres de ce disque seront joués dans la soirée, six du suivant, Coming Up For Air, et sept (sur neuf) du petit dernier. Hollow, petite perle composée par Iain, le percutant Never The Rainbow et un The Gap Is Too Wide gorgé d'émotion proviennent, quant à eux, du répertoire de Mostly Autumn. Les deux premiers se trouvent sur The Last Bright Light, et le dernier est issu de The Spirit Of Autumn Past.

Ce qui différencie les deux formations, c'est l'absence d'influence celtique dans la musique bien plus mainstream de Breathing Space. En revanche, l'émotion véhiculée par leur deux chanteuses respectives est ce qui les réuni le plus. Que ce soit Heather Findlay ou Olivia, elles sont toutes deux dotées d'un charisme incroyable et d'une voix en or qui leur permet de tout interpréter. Jusqu'à Clear, Olivia peine encore à s'imposer. A partir du cinquième titre Coming Up For Air, elle prend enfin son envol et là, plus rien ne semble pouvoir l'arrêter. Les différentes chansons prennent ainsi vie à travers cet organe d'une puissance impressionnante, également doté d'une sensibilité à fleur de peau. Ce n'est pas pour rien que le prestigieux Classic Rock Society lui décernera le prix de la meilleure chanteuse de l'année en 2010.

Tout au long du set, Iain et Bryan multiplient les passes d'armes en alternant soli de claviers et de guitares. You Still Linger, étendu sur une dizaine de minutes, est l'exemple-type de cet exercice de style exécuté avec classe et précision. Deux hommages émouvants terminent le concert. The Gap Is Too Wide est dédié à la mère de Iain disparue à la fin des années 90. La version livrée ici est bouleversante, tout comme celle de Questioning Eyes, dédicacée à la mémoire d'Howard Sparnenn, le père d'Olivia. Parti il y a à peine quelques mois, ce musicien fringuant avait même tenu un temps les baguettes au sein de la formation de sa fille. C'était en 2007. Questionning Eyes deviendra par la suite un classique du répertoire de... Mostly Autumn.

Ce concert est le dernier avec Olivia et Bryan qui ont choisi de se consacrer entièrement à Mostly Autumn suite au départ d'Heather. Iain continuera quelques temps l'aventure avec un nouveau guitariste, Adam Dawson, et une nouvelle chanteuse, Heidi Widdop qui fut la toute première chanteuse de Mostly Autumn. Puis il réintégrera à son tour Mostly Autumn, abandonnant ainsi Breathing Space. Un temps tenté de poursuivre sous ce nom, Heidi, Adam, Paul et Barry formeront finalement Stolen Earth. L'héritage était trop lourd à porter. 

Musiciens


Iain Jennings : claviers, chœurs
Olivia Sparnenn : chant, percussions
Bryan Josh : guitare
Paul Teasdale : basse, chœurs
Barry Cassels : batterie
Ben Jennings : claviers

Titres


1.01. Intro
1.02. Forgive Or Surrender
1.03. The Senses
1.04. Clear
1.05. Coming Up For Air
1.06. Hollow
1.07. Rain Song
1.08. Run From Yourself
1.09. You Still Linger

2.01. Time Tells
2.02. Belief
2.03. Wasted All The Time
2.04. The Night Takes You Home
2.05. Searching For My Shadow
2.06. Drowning
2.07. Dusk
2.08. Never The Rainbow
2.09. Below The Radar
2.10. When I Hold Onto You
2.11. The Gap Is Too Wide
2.12. Questionning Eyes

dimanche 6 novembre 2016

Mostly Autumn - That Night In Leamington (2011)

Mostly Autumn That Night In Leamington
Mostly Autumn - That Night
In Leamington (2011)
Le der des der, c'était le 2 avril 2010 à Leamington Spa, dans la salle The Assembly. Heather Findlay, après plus d'une décennie de bons et loyaux services, donnait son dernier concert avec Mostly Autumn. 

Que d'émotion tout au long de cette soirée inoubliable ! Elle, tout de rouge vêtue, entourée de ses sept acolytes, tous en noir. Cette formation est probablement la meilleure qu'ait connu le groupe au long de sa longue histoire. Trois voix absolument divines : Heather, Olivia Sparnenn, plus en retrait ce soir-là, et Anne-Marie Helder que l'on peut entendre également à la guitare acoustique, aux claviers et à la flûte. Cinq musiciens fantastiques : Bryan Josh, le patriarche (guitare et chant), Iain Jennings, le revenant (claviers), Liam Davison, l'ami fidèle (guitares), Andy Smith, le vieux compagnon de route (basse) et Gavin Griffiths, le petit dernier (batterie). 

Durant tout le concert, l'émotion est à son comble, la tension ne descend jamais. Tous savent que ce sera la dernière avec leur amie. Chaque morceau, chaque note sont joués avec une intensité maximale. Cette nuit ne doit jamais s'arrêter. Lors de l'interprétation de Heroes Never Die, Bryan n'arrive même plus à dissimuler sa tristesse qui s'exprime à travers les envolées célestes de sa guitare électrique. 

Passengers, Shrinking Violet, Carpe Diem, Mother Nature... une succession de classiques auxquels Heather a su donner une dimension atteignant le firmament des étoiles. Evergreen, titre le plus emblématique de l'ère Findlay, clôt magistralement le spectacle. Le rideau peut ainsi tomber et permettre une nouvelle aventure avec, désormais, la douce Olivia au chant principal. Mais, nous n'en sommes pas encore là. Pour l'instant, nous nous délectons avec nostalgie de That Night In Leamington, le meilleur des hommages à cette emblématique chanteuse, incontestablement une des plus talentueuses de la scène prog rock. 


Musiciens


Heather Findlay : chant
Bryan Josh : chant, guitares
Iain Jennings : claviers, chant
Liam Davison : guitares
Anne-Marie Helder : claviers, flûte, guitare acoustique, chant
Olivia Sparnenn : chant
Andy Smith : basse
Gavin Griffiths : batterie, percussions

Titres


1.01. Fading Colours
1.02. Caught In A Fold
1.03. Flowers For Guns
1.04. Unoriginal Sin
1.05. The Spirit Of Autumn Past (Part II)
1.06. Simple Ways
1.07. The Last Bright Light
1.08. Passengers
1.09. Shrinking Violet

2.01. Carpe Diem
2.02. Winter Mountain
2.03. The Dark Before The Dawn
2.04. Answer The Question
2.05. Nowhere To Hide
2.06. Half The Montain
2.07. Mother Nature
2.08. Above The Blue
2.09. Heroes Never Die
2.10. Evergreen

samedi 14 mai 2016

Parade - The Fabric (2009)

Parade The Fabric
Parade - The Fabric (2009)
Parade est un nouveau venu dans la galaxie Mostly Autumn. The Fabric, son premier album, sera également son dernier puisque le groupe changera ensuite de nom pour devenir Halo Blind. Il réapparaîtra en 2013 avec un nouvel album, Occupying Forces

Son fondateur, Chris Johnson, est un ami d'enfance de Bryan Josh. Il a joué dans différentes formations dont The Evernauts ou Mostly Autumn (sur Heart Full Of Sky, on lui doit l'inoubliable Silver Glass), et avec Fish (13th Star). 

Pour réaliser The Fabric, il s'est entouré de musiciens rencontrés au cour de sa carrière. Au début, ce projet devait être un simple album solo, mais, au fur et à mesure, l'équipe est devenue un vrai groupe, même si Chris en est demeuré le seul compositeur. A ses côtés, se trouvent la fascinante Anne-Marie Helder (Panic Room, Mostly Autumn, ex-Karnataka) et son acolyte, le batteur Gavin Griffiths (mêmes formations + Fish), ainsi que deux anciens de The Evernauts, le guitariste Simon Snaize et le bassiste Patrick Berry. 

Trois personnalités de la galaxie Mostly Autumn ont été conviées. Le doyen Bryan Josh livre deux splendides soli de guitares, un sur le bien nommé The Diamond où la voix d'Anne-Marie fait rêver, et l'autre sur le morceau final Ending aux couleurs "autumniennes". Olivia Sparnenn (Breathing Space) participe aux chœurs d'un All That I Wanted très sombre. Quant à Heather Findlay qui vient de quitter Mostly Autumn, elle joue de quelques percussions (The Diamond, The Dogs, Facing Down, Ending). Il est d'ailleurs très regrettable qu'elle n'ait pas posé sa voix sur cet opus... 

The Fabric est un disque de rock indé qui regarde davantage vers un rock FM accessible que vers un rock progressif complexe. Come Alive, The Diamond, Feedline et Ending en sont les titres les plus intéressants, signes d'un fort potentiel en devenir pas si éloigné par certains aspects des néerlandais de The Gathering.

Musiciens


Chris Johnson : chant, guitares, claviers, percussions, programmation, sound design
Anne-Marie Helder : chant, guitares, claviers
Simon Snaize : guitares
Patrick Berry : basse, contrebasse
Gavin Griffiths : batterie

Bryan Josh : guitares
Heather Findlay : percussions
Olivian Sparnenn : chant

Titres


01. Intro Thing
02. Come Alive
03. Start Again
04. The Diamond
05. High Life
06. The Dogs
07. Facing Down
08. Feedline
09. Cut
10. All That I Wanted
11. Ending

mercredi 11 mai 2016

Breathing Space - Below The Radar (2009)

Breathing Space Below The Radar
Breathing Space - Below The Radar
(2009)
Below The Radar est le deuxième album de Breathing Space, groupe formé du noyau Iain Jennings (claviers) - Olivia Sparnenn (chant). Il succède à Coming Up For Air sorti en 2007.  

Par rapport à ce dernier, les musiciens sont sensiblement restés les mêmes, à l'exception du guitariste Marc Rowen remplacé par Liam Davison (Mostly Autumn), vieille connaissance qui a participé à l'album précédent ainsi qu'au premier album solo de Iain, Breathing Space. A ses côtés, se trouvent donc Paul Teasdale (basse), Barry Cassells (batterie) et Ben Jennings (claviers).

Marc Atkinson (Gabriel) est venu faire une discrète apparition aux chœurs sur Lantern For A Smile. Cette gentille ballade intimiste propose un texte plutôt sombre, sans lueur d'espoir. 

Autre invitée, Charlotte Scott et son violoncelle sur l'ouverture de Questioning Eyes, une des plus belles chansons du groupe. Elle mérite à elle seule l'achat du disque. Écrite en la mémoire d'Howard Sparnenn, le père d'Olivia récemment disparu, elle dégage une émotion à fleur de peau portée par le chant aux incroyables capacités de cette extraordinaire chanteuse. Elle s'inscrit dans la lignée d'une autre composition de Iain, The Gap Is Too Wide de l'album The Spirit Of Autumn Past (1999) de Mostly Autumn. Ce morceau poignant avait été lui aussi composé après la disparition d'un être cher, sa mère. Questioning Eyes sera un des rares titres du répertoire de Breathing Space à être repris sur scène par Mostly Autumn lorsque Olivia en deviendra la frontwoman, suite au départ d'Heather Findlay. 

Drowning est une autre chanson émotionnellement très forte. Outre le chant splendide d'Olivia, elle permet à Liam Davison de sortir (enfin) de l'ombre de Bryan Josh et de livrer quelques mémorables soli de guitare. Sur un Dusk tout aussi tendre, nous avons cette fois-ci droit à un duo piano/voix étincelant.

Toutefois, tous les morceaux ne sont pas en  mid-tempo. Breathing Space présente sa face rock dès la chanson titre Below The Radar aux riffs de guitare bien gras, et poursuit sa lancée par Clear qui balance une bonne basse bien groovy à la Simon Gallup (The Cure). Pas étonnant qu'il ait été composé par le bassiste du groupe, Paul Teasdale. 

Avec Below The Radar, Breathing Space prend indiscutablement la tête de la nouvelle vague de groupes néo-progressifs avec chanteuses de cette fin de décennie, aux côtés de Panic Room et The Reasoning. Mais, parfois, le sort est cruelle. Suite au départ d'Olivia pour Mostly Autumn, la formation ne lui survivra pas. Elle vivotera encore quelques temps avec une nouvelle chanteuse, Heidi Widdop (première chanteuse éphémère de... Mostly Autumn), avant de s'éteindre définitivement. 


Musiciens



Olivia Sparnenn : chant, percussions
Iain Jennings : claviers, chœurs
Ben Jennings : claviers
Liam Davison : guitares
Paul Teasdale : basse, guitare acoustique
Barry Cassells : batterie

Marc Atkinson : chœurs
Charlott Scott : violoncelle

Titres


01. Below The Radar
02. Clear
03. Lantern For A Smile
04. The Night Takes You Home
05. Run For Yoursef
06. Dusk
07. Behind Closed Doors
08. Drowning
09. Questioning Eyes

dimanche 8 mai 2016

Mostly Autumn - Pass The Clock (2009)

Mostly Autumn Pass The Clock
Mostly Autumn - Pass The Clock
(2009)
Quand Mostly Autumn décide de faire une compilation, une chose est sûre, c'est qu'il ne se moque pas de son public. Pour la précédente, Catch The Spirit (2002), le groupe avait carrément réenregistré ses propres chansons pour les proposer dans de nouvelles versions plus en phase avec ce qu'il était devenu.

Pass The Clock, du nom de la chanson épique de l'album Passengers (2003), ne comprend pas moins de 3 CD, 35 titres (tous remasterisés), 3 heures 30 de musique prog-folk caractérisée par des voix féminines de toute beauté (Heather Findlay mais aussi Olivia Sparnenn, Angela Gordon et Anne-Marie Helder).

Chacun des albums ou EP de ces dix dernières années (1998-2008) est représenté par au moins un morceau. Passengers atteint le haut du podium avec sept titres en tout, dont l'écorché Pure White Light sur lequel Marc Atkinson (Gabriel) et Damian Wilson (Landmarq, Threshold) interviennent aux chœurs. En deuxième position, The Last Bright Light (2001) avec cinq titres suivi de, ex æquo avec chacun quatre titres, The Spirit Of Autumn Past (1999) et le dernier en date Glass Shadows (2008). For All We Shared... (1998), Music Inspired By The Lord Of The Rings (2001), Storms Over Still Water (2005) et Heart Full Of Sky (2007) comptent chacun trois morceaux. Winter Is King, aux influences païennes, est le seul extrait de l'EP Spirits Of Christmas Past (2005). On le retrouve également sur la compilation Songs For Luca 2 réalisée en 2007 par Dave Bainbridge de Iona. Dernière précision, la présence de deux reprises de l'anthologie Catch The Spirit évoquée plus haut, Prints The Stone, à l'origine sur The Last Bright Light et le floydien The Night Sky de For All We Shared...

Les morceaux ont été rassemblés de façon thématique sur les trois disques. 

Le premier CD, intitulé Something For The Spirit, réunit ceux qui invitent à la réflexion avec des textes occupant une place centrale. Il s'agit essentiellement d'extraits des derniers albums depuis Passengers, à l'exception du magnifique Evergreen.  

Le deuxième disque, Something For The Campfire, met en lumière la face folk et celtique de Mostly Autumn. Ces chansons, idéales à jouer autour d'un feu de camp, proviennent principalement, cette fois-ci, des quatre premiers albums du groupe. 

Le troisième et dernier disque a été nommé Something For The Candlelight. Bien qu'il ne comprenne que neuf titres, ce sont essentiellement de longs morceaux épiques, représentatifs de l'aspect progressif de la musique "autumnienne". De The Night Sky à Heroes Never Die en passant par Silver Glass, Carpe Diem ou The Gap Is Too Wide, que des chefs d'œuvre à donner des frissons.

Pass The Clock marque ainsi la fin d'une époque, celle des années Findlay. La charismatique chanteuse a, en effet, décidé de quitter Mostly Autumn pour se consacrer à de nouveaux projets. On peut regretter ce choix, mais il est bien plus important de lui souhaiter bonne chance pour la suite et de la remercier pour tout ce qu'elle a apporté à ce groupe unique ainsi qu'à ses fans. Go well diamond heart...  

Titres


Someting For The Spirit
1.01. Fading Colours
1.02. Ghost In Dreamland
1.03. Pure White Light
1.04. Distant Train
1.05. Answer The Question
1.06. Evergreen
1.07. The Second Hand
1.08. Storms Over Still Water
1.09. Paper Angels
1.10. Tearing At The Faerytale
1.11. Pass The Clock

Something For The Campfire
2.01. Yellow Time
2.02. Prints In The Stone
2.03. The Eyes Of The Forest
2.04. Boundless Ocean
2.05. Shinding
2.06. Blakey Ridge / When Waters Meet
2.07. Winter Is King
2.08. Which Wood?
2.09. At Las To Rivendell
2.10. Simple Ways
2.11. On The Wings Of Gwaihir
2.12. Steal Away
2.13. Bitterness Burnt
2.14. Shrinking Violet
2.15. Goodbye Alone

Something For The Candlelight
3.01. The Night Sky
3.02. Silver Glass
3.03. Half The Moutain
3.04. Carpe Diem
3.05. Hollow
3.06. Passengers
3.07. The Gap Is Too Wide
3.08. Glass Shadows
3.09. Heroes Never Die

vendredi 6 mai 2016

Mostly Autumn - Live 2009 Part II (2009)

Mostly Autumn Live 2009
Mostly Autumn - Live 2009
Part II (2009)
En toute logique, Live 2009 Part II fait suite à Live 2009 Part I paru cette même année. Toutefois, d'une durée de 77 minutes pour 12 titres, ce disque constitue à lui tout seul une compilation de Mostly Autumn puisque, à l'exception de Music Inspired ByThe Lord Of The Rings, tous les albums du groupe sont représentés.

On retrouve deux titres du premier opus For All We Shared : Nowhere To Hide et, en fin de set, Heroes Never Die, chanson écrite en hommage au père du leader Bryan Josh qui, au fil des années, s'est imposée comme un classique incontournable. Il faut dire qu'une émotion palpable intense se dégage tout au long des neuf minutes que dure ce morceau.

De The Spirit Of Autumn Past, Josh et sa bande (Heather Findlay, Anne-Marie Helder, Olivia Sparnenn, Iain Jennings, Liam Davison, Andy Smith, Gavin Griffiths) ont retenu Winter Mountain au rythme brut martelé par un Gavin Griffiths en forme.

Autre titre épique avec Heroes Never Die, The Last Bright Light de l'album du même nom s'étend lui aussi sur neuf minutes. The Dark Before The Dawn et Never The Rainbow marqué par le duo improbable entre Olivia et la guitare de Bryan, en sont également issus.  Plus qu'un duo, il s'agit d'un véritable duel dans lequel le guitariste ne cesse de surenchérir avec son instrument dans les aigus extrêmes, poussant sa chanteuse à tenir la note en écho, ce qu'elle réussit à faire sans aucun loupé. Quelle démonstration impressionnante !

Answer The Question (Passengers) propose un autre duo dynamique, plus classique, mais tout aussi passionnant, entre Bryan et Heather.

Storms Over Still Water demeure encore aujourd'hui un des albums les plus décrié par les fans. Pourtant, il cache quelques pépites parmi lesquelles le puissant Carpe Diem, hommage aux victimes du tsunami de 2004, et Broken Glass qui ne démériterait pas au panthéon des chansons pur "rock" de la formation yorkaise.

Autre vibrant hommage, Pocket Watch (Heart Full Of Sky) dédiée au claviériste de Pink Floyd, Rick Wright, alors récemment disparu. "We've got Crazy Diamond..." en sont les première paroles.

Le petit dernier Glass Shadows s'affirme à travers un autre morceau tout aussi émouvant, Above The Blue. Simplement accompagnée au piano par Iain, Heather se livre pudiquement sur cette chanson écrite à la mémoire de son grand-père. De Tearing At The Faerytale, de ce même album, s'échappent une tristesse et une nostalgie communicative.

Autonome du Live 2009 Part I, cette seconde partie peut très bien s'apprécier seule. Cependant, il est vivement conseiller de posséder les deux disques à qui souhaite accéder au Nirvana musical "autumnien".

Musiciens


Bryan Josh : chant, guitares
Heather Findlay : chant, guitare acoustique, whistles, percussions
Iain Jennings : claviers
Anne-Marie Helder : claviers, flûte, guitare acoustique, percussions, chœurs
Liam Davison : guitares, chœurs
Andy Smith : basse
Gavin Griffiths : batterie
Olivia Sparnenn : chœurs, percussions

Titres


01. Winter Mountain
02. The Dark Before The Dawn
03. Answer The Question
04. The Last Bright Light
05. Above The Blue
06. Nowhere To Hide
07. Broken Glass
08. Never The Rainbow
09. Pocket Watch
10. Tearing At The Faerytale
11. Carpe Diem
12. Heroes Never Die