Affichage des articles dont le libellé est Jacqui McShee. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Jacqui McShee. Afficher tous les articles

vendredi 29 mai 2020

Pentangle - One More Road (1993)

Pentangle One More Road
Pentangle - One More Road (1993)

Pourquoi écouter ce disque ?

Enregistré au cœur de la campagne anglaise, le tout dernier album de Pentangle One More Road s'ouvre sur le monde. Si Travelling Solo, le premier titre, a été composé lors d'un séjour de Jacqui McShee à Venise, Manuel évoque l'Espagne, High Germany l'Allemagne, Endless Sky et son style country les États-Unis, Hey, Hey Soldier le conflit nord-irlandais, Somali, la guerre civile en Somalie et Willy Of Winsbury l'Écosse. Ce dernier morceau, déjà présent sur Solomon's Seal (1972), tout comme High Germany, est revu d'une manière somptueuse, mettant en valeur la voix cristalline de Jacqui. Accompagnée au début par un simple piano joué par le bassiste Nigel Portman-Smith, on pense aux années d'or de Renaissance. Jamais Pentangle n'a été aussi proche du rock progressif avec ce titre. Depuis sa reformation dans les années 80, ce groupe culte des années 60-70 s'est davantage électrifié, se rapprochant ainsi de ses pairs Fairport Convention et Steeleye Span. Cette évolution est essentiellement due au guitariste Peter Kirtley, proposant d'agréable soli inventifs (Oxford City). Si Bert Jansch et sa voix caverneuse chante en lead sur quatre titres, dont l'étonnant Are You Going To Scarborough Fair? plus proche de la version de Martin Carthy que de celle de Simon & Garfunkel, Jacqui enchante littéralement chacune des compositions, originales ou traditionnelles. D'ailleurs, une fois Bert retourné à sa carrière solo, elle continuera l'aventure sous le nom de Jacqui McShee's Pentangle (avec l'accord de ses anciens acolytes), aidée du batteur Gerry Conway qui, au cours de sa longue carrière, aura côtoyé quelques une des plus belles voix de la scène folk britannique : Sandy Denny, Maddy Prior, Linda Thompson, Shelagh McDonald, Joan Armatrading, ou encore Claire Hamill.

Musiciens

Jacqui McShee : chant
Bert Jansch : chant, guitare acoustique
Peter Kirtley : chant, guitares
Nigel Portman Smith : basse, piano, chant
Gerry Conway : batterie

Mike Piggott : violon
Paul Brennan : flûte irlandaise

Titres

01. Travelling Solo 
02. Oxford City 
03. Endless Sky 
04. The Lily Of The West 
05. One More Road 
06. High Germany 
07. Hey, Hey Soldier
08. Willy Of Winsbury 
09. Somali 
10. Manuel
11. Are You Going To Scarborough Fair?


vendredi 17 avril 2020

Milk Of The Tree: An Anthology Of Female Vocal Folk And Singer-Songwriters 1966-73 (2017)

An Anthology Of Female Vocal Folk
Milk Of The Tree:
An Anthology Of Female Vocal Folk And Singer-Songwriters 1966-73
(2017)

Pourquoi écouter ce disque ?

Rock progressif et chanteuses... un mélange peu courant, ni à la naissance du genre à la fin des années 60, ni à son apogée durant la décennie suivante, exception faite de Renaissance et Curved Air. Il n'en est pas de même pour un autre courant musical contemporain, le folk, illuminé par une multitude de voix d'essence divine. Que ce soit aux États-Unis ou de l'autre côté de l'Atlantique, au Royaume-Uni, des femmes prirent la parole ; elles (en)chantèrent le monde. Elles s'appelaient Sandy Denny, Joan Baez, Laura Nyro, Linda Ronstadt, Nico ou Marianne Faithfull pour les plus connues. Leurs groupes ? Pentangle, Trees, Eclection, Spyrogira, Jude, Chimera, Mellow Candle et bien d'autres encore. Elles jouaient leur musique folk teintée de rock, de prog, de psychédélisme dans des clubs, des pubs et sur les campus universitaires. Tout un univers s'ouvrait à elles, porteuses de messages de paix et d'amour, évoquant aussi leurs souffrances dans ce monde d'hommes et ses injustices. A travers l'anthologie incontournable Milk Of The Tree, réunissant 3 CD, 60 titres pour 4 heures de musique, devenez les témoins privilégiés de cette époque faste, où tout a commencé. 

Crédits

1.01 Melanie – Do You Believe
1.02 Joan Baez – Blessed Are…
1.03 The Pentangle – Light Flight
1.04 Dana Gillespie – Foolish Seasons
1.05 Judy Roderick – Someone to Talk My Troubles to
1.06 John & Beverley Martyn – Auntie Aviator
1.07 The Serpent Power – Flying Away
1.08 Joan Armatrading – It Could Have Been Better
1.09 Jude – Morning Morgantown
1.10 Mandy More – If Not by Fire
1.11 Laura Nyro – Upstairs by a Chinese Lamp
1.12 Susan Pillsbury – I Thought I Knew the Answers
1.13 Jaki Whitren – Give Her the Day
1.14 Wendy & Bonnie – By the Sea
1.15 Jackie DeShannon – Come and Stay With Me
1.16 Marianne Faithfull – Something Better
1.17 Spirogyra – An Everyday Consumption Song
1.18 Polly Niles – The Milk of the Tree
1.19 Nico – Chelsea Girls
1.20 Mary-Anne – Reverie for Roslyn

2.01 The Stone Poneys – Different Drum
2.02 Eclection – Please (Mk. II)
2.03 Jade – Five of Us
2.04 The Simon Sisters – Who Has Seen the Wind?
2.05 Judee Sill – Jesus Was a Cross Maker
2.06 The Woods Band – January’s Snows
2.07 Trader Horne – In My Loneliness
2.08 Janis Ian – Society’s Child (Baby I’ve Been Thinking)
2.09 Lily and Maria – I Was
2.10 Mellow Candle – Feeling High
2.11 Tomorrow Come Someday – Tomorrow Come Someday
2.12 Julie Covington – My Silks and Fine Array
2.13 Norma Waterson – Red Wine and Promises
2.14 Mr Fox – Mr Fox
2.15 Buffy Sainte-Marie – The Dream Tree
2.16 The Academy – Munching the Candy
2.17 Sandy Denny – Late November
2.18 Hendrickson Road House – Tomorrow Your Sorrow
2.19 Chuck & Mary Perrin – Mornings
2.20 Lesley Duncan – Mr Rubin

3.01 Chimera – Come Into the Garden
3.02 Diane Hildebrand – Early Morning Blues and Greens
3.03 Susan Christie – Rainy Day
3.04 Bridget St John – Autumn Lullaby
3.05 Principal Edwards Magic Theatre – Ballad (Of the Big Girl Now and a Mere Boy)
3.06 Ruthann Friedman – Windy
3.07 Design – The Lonely
3.08 Shelagh McDonald – Mirage
3.09 Mary Hopkin – Aderyn llwyd (Sparrow)
3.10 Vashti Bunyan – Love Song
3.11 Bonnie Dobson – Winter’s Going
3.12 Anne Briggs – Sandman’s Song
3.13 The Bunch – When Will I Be Loved
3.14 Carolanne Pegg – The Lady and the Well
3.15 Margo Guryan – Think of Rain
3.16 Ithaca – Story of Our Time / Beneath This Sky
3.17 Trees – Murdoch
3.18 The Sallyangie – Banquet on the Water
3.19 Emily Muff – Pass the Night
3.20 Mimi Fariña – Morgan the Pirate




vendredi 10 avril 2020

John Renbourn & Jacqui McShee - An Evening With... (2019)

An Evening With John Renbourn + Jacqui McShee
John Renbourn & Jacqui McShee - An Evening With... (2019)

Pourquoi écouter ce disque ?

John Renbourn et Jacqui McShee sont deux légendes de la scène folk britannique. Leur (longue) collaboration débute au milieu des années 60. John trouvait que la voix magique de Jacqui s'accordait à merveille avec son jeu de guitare. Ensemble, ils forment Pentangle (1967-1973), puis se retrouvent à la fin des années 70 au sein du John Renbourn Group. Au fil des décennies et jusqu'à la fin des années 2000, ils continuent à apparaître tous les deux sur scène de manière régulière. Si Jacqui est toujours en activité aujourd'hui, John, lui s'est éteint le 26 mars 2015. Il est considéré comme un des guitaristes les plus influents de sa génération. En sa mémoire, son fils Joel propose une collection de chansons captées live, issue des archives personnelles de son père, faisant revivre, l'espace d'un instant, cette alchimie unique. Doté d'un qualité sonore exceptionnelle grâce au travail de remasterisation du génial Denis Blackham (Yes, Cocteau Twins, Jimi Hendrix, Mike Oldfield, Troy Donockley, Barbara Dickson, Vangelis, Jean-Michel Jarre...), cet album ce déguste avec un plaisir coupable, mais sans modération. Le duo s'amuse à revisiter son large répertoire comprenant bien entendu des morceaux datant de l'époque Pentangle (The Trees They Do Grow High, Cruel Sister, Turn our Money Green), mais aussi I Can't Keep From Crying Sometimes, extrait de l'album Another Monday (1966) de John sur lequel Jacqui posait déjà sa voix. La version a cappella de The Nightingale, belle à pleurer, l'instrumental foudroyant Lament For Owen Roe O'Neill ou encore la reprise jazzy de Little Niles en hommage à Randy Weston sont les moments inoubliables de cette soirée unique, placée sous le signe d'une amitié indéfectible.  

Musiciens

John Renbourn : guitare, chant
Jacqui McShee : chant

Titres

01. The Trees They Do Grow High
02. My Johnny Was A Shoemaker
03. I Can’t Keep From Crying Sometimes
04. Dark Islands / Great Dreams From Heaven
05. The Nightingale
06. Little Niles
07. The Lament For Owen Roe O’Neill
08. The Bonny Greenwoodside
09. Come All Ye Tramps & Hawkers
10. Kokomo
11. Cruel Sister
12. South Wind / The Blarney Pilgrim
13. Turn Your Money Green


jeudi 2 janvier 2020

Pentangle - Reflection (1971)

Pentangle Reflection (1971)
Pentangle - Reflection (1971)

Pourquoi écouter ce disque ?

Engendrer dans la douleur, Reflection fait figure d'album maudit dans la discographie de Pentangle. Lors des sessions d'enregistrement qui ont duré trois semaines, l'ambiance était délétère entre les musiciens. Conflits de personnes, problèmes d'égo, tous, à l'exception de Jacqui McShee, ont menacé de partir à un moment ou un autre. Ajouté à cela, les problèmes d'alcools de Renbourn et Jansch provoquant un absentéisme à répétition du studio. A sa sortie, ne bénéficiant ni du soutien du groupe, ni de la maison de disque qui n'a prévu aucun plan promotionnel, il est boudé par le public. Pourtant, Reflection est considéré aujourd'hui comme un trésor caché du folk électrique. Toujours aussi aventureux, Pentangle s'est éloigné de ses racines britannique pour se tourner vers les États-Unis d'où il a ramené ces ballades meurtrières que sont Omie Wise et Rain And Snow, ainsi que Will The Circle Be Unbroken, devenu un classique de leur répertoire, narrant la mort puis les funérailles de la mère du narrateur. L'emploi du banjo mais aussi du sitar et de l'harmonica contribue à développer cette atmosphère folk teintée de country, bluegrass, blues, gospel et jazz. Wedding Dress, en ouverture, interprété avec flamboyance par une Jacqui à la voix toujours aussi pure, mêle habilement influences celtiques et folk des Appalaches. De son côté, Reflection qui clôture l'album du même nom sur plus de onze minutes, dresse un tableau sombre, tel un reflet, de l'état d'esprit du groupe à cette période de son histoire. Sa fin est proche, mais il ne le sait pas encore.

Musiciens

Jacqui McShee: chant
Bert Jansch : guitare, banjo, chant
John Renbourn : guitare, chant
Danny Thompson : contrebasse
Terry Cox : batterie, percussions, chant

Titres

01. Wedding Dress
02. Omie Wise
03. Will The Circle Be Unbroken
04. When I Get Home
05. Rain And Snow
06. Helping Hand
07. So Clear
08. Reflection

dimanche 26 mai 2019

Pentangle - Think Of Tomorrow (1991)

Pentangle Think Of Tomorrow
Pentangle - Think Of Tomorrow (1991)

Pourquoi écouter ce disque ?

Années 60, années 70, années 80, années 90. La légende continue. Du Pentangle des origines, il ne reste plus que Bert Jansch (chant, guitare acoustique) et Jacqui McShee (chant). A leurs côtés, se tiennent Gerry Conway (batterie), Nigel Portman Smith (basse) ainsi que le dernier arrivé, Peter Kirtley qui succède au poste de guitariste à Rod Clements. Sous cette forme, le groupe publie Think Of Tomorrow réunissant huit compositions originales et trois reprises d'airs traditionnels (The Toss Of Golden Hair, The Lark In The Clear Air, The Bonny Boy). Si cet album regarde davantage vers le folk que le jazz ou le blues, il n'a rien perdu de ce qui a fait la spécificité de ce groupe, une musique acoustique mélodique et profonde alternant chant masculin et féminin. Les quelques incursions électriques de Kirtley sont cependant les bienvenues et évoquent le grand Mark Knopfler, que ce soit sur le titre d'ouverture O'er The Lonely Mountain à la thématique contemporaine sur la disparition de la faune et la flore, ou sur la somptueuse ballade Share A Dream. Ever Yes, Ever No, délicieusement rétro dans son style typé seventies ainsi que The Storyteller (Paddy's Song) aux sonorités irlandaises ou l'instrumental Straight Ahead sont quelques-unes des belles surprises de ce disque particulièrement réussi, digne successeur du Pentangle de la grande époque.

Musiciens

Jacqui McShee : chant
Bert Jansch : chant, guitare acoustique
Peter Kirtley : chant, guitares
Nigel Portman Smith : basse, piano, claviers
Gerry Conway : batterie, percussions

Frank Wulff : flûtes

Titres

01. O'ver The Lonely Mountain 
02. Baby Now It's Over
03. Share A Dream 
04. The Storyteller (Paddy's Song) 
05. Meat On The Bone
06. Ever Yes, Ever No 
07. Straight Ahead 
08. The Toss Of Golden Hair 
09. The Lark In Clear Air 
10. The Bonny Boy 
11. Colour My Paintbook 

dimanche 14 avril 2019

#SheRocks - The Prog Panel Pt.1

Intéressante vidéo sur l'évolution de la place des femmes dans le rock progressif. Participantes à la discussion : Jacqui McShee (Pentangle), Marjana Semkina (Iamthemorning), Heather Findlay (ex-Mostly Autumn), Christina Booth (Magenta), Anna Murphy (Cellar Darling), Sharon Chevin et Catherine Jackson. 

jeudi 7 mars 2019

Alan Simon - Excalibur: The Ladies Of The Lake (2018)

The Ladies Of The Lake
Alan Simon - Excalibur: The Ladies Of The Lake (2018)

Pourquoi écouter ce disque ?

De 1998 à 2017, Alan Simon a proposé pas moins de quatre volumes de son opéra-rock Excalibur basé sur la légende celte du roi Arthur. Pour son vingtième anniversaire, il propose cette compilation réunissant uniquement les voix féminines de sa saga, avec, en plus, deux extraits de Tristan & Yseult (2014), autre spectacle à succès. Ces neuf dames du lac, cousines de Guenièvre et Morgane, se répartissent en deux catégories, les reines et les princesses. Les reines sont au nombre de quatre. Durant leurs longues et riches carrières s'étendant des années soixante à nos jours, elles ont régné sans partage, ou presque, sur les royaumes folk, celtique ou prog de la scène musicale britannique. J'ai nommé les grandes Maddy Prior (Steeleye Span), Jacqui McShee (Pentangle), Moya Brennan (Clannad) et Sonja Kristina (Curved Air). Quant aux princesses, telles des fées, elles se répartissent aux quatre coins du globe, à savoir le Canada (Nikki Matheson), l'Irlande (Karan Casey), la France (Kohann), l'Espagne (Maite Itoiz), et l'Australie (Siobhan Owen). Mention particulière à cette dernière qui enchante littéralement cinq des quinze titres de l'album grâce à ses dons de jeune soprano. Si vous aimez les ambiances celtiques et douces, les voix pures et profondes, ce disque est pour vous. 

Chanteuses

Moya Brennan
Karan Casey
Maite Itoiz
Kohann
Sonja Kristina
Nikki Matheson
Jacqui McShee
Siobhan Owen
Maddy Prior   

Titres

01. The Origins
02. Secret Garden
03. The Girl & The Demon
04. Skye
05. Calling For You
06. The Last Lament Of A Fairy
07. There Is Someone
08. Silver Moon
09. Yseult
10. Sacrifice
11. A Prayer For My Lover
12. Morning Song
13. The Passion
14. Dreaming Again
15. Dun Angus
    

lundi 17 décembre 2018

The Pentangle - Sweet Child (1968)

The Pentangle Sweet Child
The Pentangle - Sweet Child (1968)

Pourquoi écouter ce disque ?

Sorti en 1968, ce deuxième disque de Pentangle est avant tout un double album. Sa face A (CD 1 aujourd'hui) présente un concert enregistré le 29 juin 1968 au Royal Festival Hall de Londres, tandis que la face B (CD2) propose des enregistrements en studio inédits. Cinquante ans après, Sweet Child fascine encore tant par sa qualité sonore exquise que par la finesse de ses harmonies vocales et ses arrangements somptueux laissant suffisamment d'espace à chaque instrument pour s'exprimer. S'entremêlent morceaux d'inspiration jazz (Haitian Fight Song et Goodbye Pork-Pie Hat de Charles Mingus, Moon Dog), classiques folk (No More My Lord, Sovay, The Trees They Do Grow High), passages blues (Turn Your Money Green, I've Got A Feeling), musique médiévale ou de la Renaissance (Three Dances) et compositions originales luxuriantes (Market Song, Sweet Child, In Your Mind). Toutefois, Pentangle ne serait rien sans une Jacqui McShee à la voix cristalline d'une pureté incroyable. Son interprétation a cappella de So Early In The Spring est à faire dresser les poils sur tout le corps. Sans l'ombre d'un doute, elle se classe parmi les meilleures chanteuses folks de tous les temps. Un dernier mot concernant la pochette de Sweet Child. Elle est signée Peter Blake, celui-là même à qui l'on doit celle du cultissime Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles.

Musiciens

Jacqui McShee : chant
Bert Jansch : guitare, chant
John Renbourn : guitare, chant
Danny Thompson : contrebasse
Terry Cox : batterie, glockenspiel, chant

Titres

1.01. Market Song
1.02. No More My Lord
1.03. Turn Your Money
1.04. Hatian Fight Song
1.05. A Woman Like You
1.06. Goodbye Pork Pie Hat
1.07. Three Dances: Brentzel Gay/La Rotta/The Earle Of Salisbury
1.08. Watch The Stars
1.09. So Early In The Spring
1.10. No Exit
1.11. The Time Has Come
1.12. Bruton Town

2.01. Sweet Child
2.02. I Loved A Lass
2.03. Three Part Thing
2.04. Sovay
2.05. In Time
2.06. In Your Mind
2.07. I've Got A Feeling 
2.08. The Trees They Do Grow High 
2.09. Moon Dog
2.10. Hole In The Coal

vendredi 28 septembre 2018

Pentangle - So Early In The Spring (1989)

Pentangle So Early In The Spring
Pentangle - So Early In The Spring (1989)

Pourquoi écouter ce disque ?

Pour So Early In The Spring, il ne reste plus grand monde du Pentangle flamboyant des années 60-70. Seuls sont encore en activité la chanteuse Jacqui McShee et Bert Jansch. Dernier parti, Terry Cox a cédé sa place à Gerry Conway, ancien batteur de Fotheringay et compagnon de Jacqui. Rod Clements qui avait auparavant collaboré avec Jansch occupe le poste de guitariste, tandis que Nigel Portman Smith, arrivé en 1986, demeure toujours aussi impressionnant à la basse. Invité sur quelques titres, le flûtiste Tony Roberts, ancien du John Renbourn Group, apporte une touche bucolique. Celle-ci nuance l'évolution de Pentangle de plus en plus tourné vers une musique électrique au détriment de l'acoustique, sa marque de fabrique originale. Toutefois, l'essence même du groupe n'est pas laissée de côté, des neufs titres composant So Early In The Spring, seuls trois sont originaux : l'instrumental d'ouverture Eminstra, le bluesy Lucky Black Cat chanté par Jansch, et Gaea, plus proche de ce que proposait le groupe dans le passé. Les autres morceaux sont des chansons traditionnelles réarrangées. Trois d'entre elles rendent un hommage discret aux fondateurs du folk rock britannique que sont Fairport Convention, Steeleye Span et... Pentangle. Si Reynardine, à l'origine sur Liege & Lief (1969) est devenu un classique du répertoire de Fairport Convention, The Blacksmith caractérise quant à lui Steeleye Span, cette ballade romantique se trouvant sur leur disque Hark! The Village Wait, en 1970, puis sur le suivant Please To See The King. Enfin, avec Bramble Briar, les musiciens  revisitent un de leurs titres phares joué sur leur tout premier album publié en 1968, le fameux Bruton Town narrant le sombre complot ourdi par deux frères contre le prétendant de leur sœur. S'il n'atteint pas l'excellence des albums des années 60-70, So Early In The Spring n'en demeure pas moins un disque agréable à écouter, renvoyant l'image d'un groupe soudé et en forme.

Musiciens

Jacqui McShee : chant
Bert Jansch : chant, guitare
Rob Clements : guitare électrique, mandoline
Nigel Portman Smith : basse, claviers
Gerry Conway : batterie, percussions

Titres

01. Eminstra
02. So Early in the Spring
03. The Blacksmith
04. Reynardine
05. Lucky Black Cat
06. Bramble Briar
07. Lassie Gathering Nuts
08. Gaea
09. The Baron Of Brackley

mardi 10 avril 2018

Pentangle - In The Round (1986)

Pentangle In The Round
Pentangle - In The Round (1986)

Pourquoi écouter ce disque ?

Reformé au début des années 80, Pentangle, groupe culte des années 60-70, propose en 1986 ce In The Round faisant suite à l'honorable Open The Door. Du quintet des origines, il reste encore Jacqui McShee, Bert Jansch ainsi que Terry Cox. John Renbourn n'ayant pas participé au précédent disque, sa place est désormais occupée par Mike Piggott, guitariste et également joueur de violon. En revanche, Danny Thompson vient lui juste de céder la sienne à Nigel Portman-Smith, ancien de Magna Carta et du Bert Jansch Conundrum. In The Round est un album aux orientations pop-folk doté de mélodies accrocheuses, notamment sur le titre d'ouverture Play The Game où Jacqui se trouve accompagnée au banjo par Bert, et Come To Me Baby à la frontière de la musique country. Ce qui a fait le succès du groupe dans le passé, à savoir un folk authentique doublé d'incursions originales dans le jazz, n'en est pas pour autant écarté. Le désormais classique She Moved Through The Fair remis au goût du jour par Sandy Denny et Fairport Convention à la fin des années 60, ainsi que Süil Agrar sur lequel on découvre Pam McShee, sœur de Jacqui, au chant principal, sont issus d'un fond culturel à la fois ancien et très riche. Aux intonations plus contemporaines, Sunday Morning Blues ou bien Chase That Devil Away font revivre, l'espace d'un instant, cette ambiance si particulière des clubs de jazz. Écrit par Jansch, Let Me Be qui ferme le disque aurait eu toute sa place sur un album solo du guitariste tellement il sonne rock. Plus romantiques, Set Me Free (When The Night Is Over), une des dernières compositions du batteur Terry Cox pour Pentangle, suivi du sublime Circle The Moon sont deux petites perles choyées par le chant si délicat de Jacqui qui n'a rien perdu de son éclat au fil des années. Au final, In The Round est un album plus que respectable, permettant à l'étoile Pentangle de briller encore. 

Musiciens

Jacqui McShee : chant
Bert Jansch : guitare acoustique, banjo, chant
Mike Piggott : guitares, mandoline, violon, chant
Nigel Portman-Smith : basse, claviers, chant
Terry Cox : batterie, percussions, claviers, chant

Titres

01. Play the Game
02. The Open Sea
03. She Moved Through the Fair
04. Set Me Free (When the Night Is Over)
05. Come to Me Baby)
06. Sunday Morning Blues
07. Chase That Devil Away
08. The Saturday Movie
09. Süil Agrar
10. Circle the Moon
11. Let Me Be 

vendredi 2 mars 2018

John Renbourn - Another Monday (1966)

John Renbourn Another Monday
John Renbourn - Another Monday (1966)

Pourquoi écouter ce disque ?

Le guitariste John Renbourn demeure une figure incontournable du folk britannique, au même titre que Richard Thompson, Martin Carthy, Davey Graham ou Bert Jansch. Après avoir étudié la guitare classique durant sa jeunesse, il découvre par la suite le folk et le blues américain. En 1963, il rencontre Bert Jansch avec qui il va jouer dans différents clubs londoniens. Ensemble, ils publient en 1966 Bert & John. Cette même année voit paraître Jack Orion, album de Jansch sur lequel il collabore. Puis il sort à son tour au mois de décembre Another Monday, album historique se situant aux racines de Pentangle puisque figure sur trois titres Jacqui McShee et sa douce voix encore juvénile. Le duo de guitaristes avait fait sa connaissance l'année précédente au club The Red Lion à Sutton. Tous trois, rejoints par le bassiste Danny Thompson et le batteur Terry Cox, deviendront Pentangle, groupe phare du folk électrique aux côtés de Fairport Convention et Steeleye Span. Si Another Monday comporte le premier enregistrement vocal de Jacqui, il est aussi marqué par le jeu de guitare unique de Renbourn, qui, à l'aide de sa Gibson J-50 que l'on peut admirer sur la pochette, réinvente à sa manière le folk traditionnel, en le complexifiant davantage dans ses structures mélodiques et rythmiques. 

Musiciens

John Renbourn : chant, guitare

Jacqui McShee : chant
Jennifer de Montforte-Jones : hautbois

Titres

01.  Another Monday
02. Ladye Nothing's Toye Puffe
03. I Know My Babe
04. Waltz
05. Lost Lover Blues
06. One For William
07. Buffalo
08. Sugar Babe
09. Debbie Anne
10. Can't Keep From Crying
11. Day At The Seaside
12. Nobody's Fault But Mine