Affichage des articles dont le libellé est Nerissa Schwarz. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Nerissa Schwarz. Afficher tous les articles

dimanche 10 novembre 2019

Frequency Drift - Over (2014)

Frequency Drift Over
Frequency Drift - Over (2014)

Pourquoi écouter ce disque ?

Avec Over, la formation allemande Frequency Drift entame son troisième cycle. Le premier était constitué des concepts albums Personal Effects Part I & II, tandis que Ghosts... et ...Laid To Rest formaient le deuxième. Over se veut encore plus sombre que ses prédécesseurs, tant dans ses paroles que dans sa musique. D'ailleurs, la photo de la pochette réalisée par l'artiste ukrainienne Alina Rudya a été prise dans la ville de Prypiat, juste à côté de Tchernobyl. Difficile de qualifier la musique de Frequency Drift, le groupe suit sa propre voie, certes sinueuse, mais avec une originalité certaine. Pour Over, Andreas Hack, le leader, a fait appel à deux nouvelles voix féminines. Isa Fallenbacher ne devait être qu'une invitée à l'origine. Au final, son chant si émotionnel et expressif a convaincu Andreas d'en faire une partie intégrante du projet. De formation jazz, Agathe Labus n'intervient que sur trois titres, Adrift, Them et Release, les plus expérimentaux du disque. Autres personnalités féminines marquantes, la harpiste Nerissa Swhartz, qui a participé à la composition de Adrift, Sagittarius A* et Wave, ainsi que la violoncelliste Sibylle Friz dont l'instrument renforce avec éclat l'aspect mélancolique des chansons Run, Once et Them. Une des originalités de Frequency Drift est justement l'emploi d'instruments acoustiques au son organique (violoncelle, violon, harpe, flûtes, duclar, marimba...) combiné aux instruments modernes et électriques. Mixé par Yogi Lang, Over bénéficie de la présence de deux autre musiciens de la galaxie RPWL, Kalle Wallner à la basse et Phil Paul Rissettio à la batterie. Avec de telles références, il serait dommage de passer à côté de cette production insolite aux charmes envoûtants.

Musiciens

Isa Fallenbacher : chant
Agathe Labus : chant
Andreas Hack : claviers, guitares, basse, percussions
Christian Hack : guitares, flûtes, duclar, percussions
Nerissa Schwarz : harpes
Sibylle Friz : violoncelles
Ulrike Reichel : violon, alto
Tino Schmidt : basse
Kalle Wallner : basse
Phil Paul Rissettio : batterie
Jasper Jöris : flûte à corne, marimba, percussions
Martin Schnella : guitares
Steve Hohenberger : guitares

Titres

01. Run 
02. Once 
03. Adrift 
04. Them 
05. Sagittarius A*
06. Suspended
07. Wave
08. Wander
09. Driven
10. Release 
11. Memory
12. Disappeared

lundi 3 décembre 2018

Frequency Drift - Summer (2014)

Frequency Drift Summer
Frequency Drift - Summer (2014)

Pourquoi écouter ce disque ?

Après quatre albums sur lesquels la formation allemande a démontré son savoir-faire en musiques progressive, expérimentale et atmosphérique, Frequency Drift propose ce Summer, petit interlude avant le prochain disque à paraître. Non seulement il permet de découvrir la voix de la nouvelle chanteuse Isa Fallenbacher, mais son objectif premier était d'aider à financer la future tournée. C'est donc une collection de six titres qui est réunie, la plupart n'ayant pas trouvé leur place sur les précédentes productions. La chanson titre Summer, longue de douze minutes, a été composée à l'époque de Laid To Rest (2012). Revisitée ici, elle bénéficie d'une ligne de basse somptueuse due au nouveau bassiste Wolfgang Riess. Distant est le plus ancien morceau de Summer. Il a été écrit à l'époque de Personal Effect Part II (2010), mais avait été écarté car pas suffisamment convainquant alors. Le chant d'Isa lui a donné une nouvelle dimension, d'où sa présence ici. Né d'improvisations entre Andreas Hack (claviers) et son frère Christian (guitares), l'instrumental Siren devait s'intégrer à la chanson Wish sur Laid To Rest. A force de développements, il s'est transformé en morceau à part entière. Avant de fonder Frequency Drift, Andreas officiait au sein d'Echofields. Un seul album a été publié sous ce nom, 817 (days) sur lequel apparaît Midnight. Une version réactualisée a été enregistrée spécialement pour Summer. Ringshine était un pièce instrumentale pour harpe électrique sur Ghosts (2011). Devenue Ringshining, a été ajouté à la harpe le violoncelle. L'association des deux instruments donne un résultat absolument magnifique, entre introspection et mélancolie. Enfin, Summer's End qui s'inscrit dans la continuité de Summer est le seul passage inédit de ce mini-album qui ravira à ne pas en douter les amateurs de cette formation atypique. 

Musiciens

Isa Fallenbacher : chant
Andreas Hack : claviers, guitares
Christian Hack : guitares
Wolfgang Riess : basse
Wolfgang Ostermann : batterie
Nerissa Schwarz : harpe, mellotron
Sibylle Friz : violoncelle

Titres

01. Summer
02. Distant
03. Siren
04. Midnight
05. Ringshining
06. Summer's End
 

lundi 2 avril 2018

Frequency Drift - ... Laid To Rest (2012)

Frequency Drift Laid To Rest
Frequency Drift - ... Laid To Rest (2012)

Pourquoi écouter ce disque ?

Il émane beaucoup de tristesse de ce quatrième album de la formation allemande Frequency Drift. Que ce soit dans le chant de sa chanteuse Antje Auer ou le choix des titres : Dead, Cold, Ice, voire Wish qui ne sont pas sans évoquer The Cure à l'ancien fan que je suis. Pourtant, la musique de Frequency Drift est toute autre. Perfectionnistes, Andreas Hack et sa bande se sont spécialisés dans un rock progressif cinématique de qualité, étendant ses ramifications tant au folk médiéval, qu'à la musique électro, ou qu'à une world music aux couleurs orientales. Quelques paroles en arabe (Dead, Copper), l'utilisation d'instruments atypiques au premier plan (harpe, violon, clarinette, flûte, stick, gemshorn) apportent le juste nécessaire en chaleur pour donner à la musique cette dimension particulière, quasi-fantomatique. Le résultat est d'autant plus beau que Hack a contrôlé lui-même chaque étape de fabrication : composition, enregistrement, mixage, masterisation, arrangements, et production. Depuis sa création, le groupe ne cesse d'évoluer, et ce, grâce à l'arrivée ou au départ de musiciens. Ainsi, sur ce nouvel opus, la harpiste Nerissa Schwarz et le violoniste Frank Schmitz, simples invités sur Ghosts..., sont devenus des membres à part entière. Au contraire du guitariste/flûtiste Christian Hack, frère d'Andreas, qui n'apparaît que sur quelques titres et qui a cédé sa place à Alexander Galimbis. Avec Andreas, le bassiste Jürgen Rennecke assure la continuité en demeurant le seul musicien présent depuis le début. Entre Karnataka et Gazpacho, ... Laid To Rest s'étend sur près de soixante-dix minutes de musique hypnotique pour seulement six titres, du plus court Parted (presque huit minutes quand même), au deux morceaux fleuves dépassant le quart d'heure, Cold et Wish. Du grand art !

Musiciens

Antje Auer : chant
Andreas Hack : claviers
Alexander Galimbis : guitares
Jürgen Rennecke : basse, stick
Jasper Jöris : batterie, percussions
Frank Schmitz : violon
Nerissa Schwartz : harpe

Barbara Jöris : gemshorn, instruments médiévaux
Thomas Epp : clarinette
Christian Hack : guitare, flûte
Martin Schnella : guitare

Titres

01. Dead
02. Parted
03. Cold
04. Wish
05. Ice
06. Copper

lundi 25 décembre 2017

Coronal Rain - Memories Of Suns (2009)

Coronal Rain Memories Of Suns
Coronal Rain - Memories Of Suns (2009)

Pourquoi écouter ce disque ?

Coronal Rain est un projet parallèle d'Andreas Hack, leader du groupe allemand de rock progressif Frequency Drift. Enregistré entre 2005 et 2009, Memories Of Suns propose une musique onirique sombre et élégante, portée par la harpe magique de Nerissa Schwartz et trois voix enchanteresses, celles de Katja Hübner, Kerstin Leidner, et Nicole Schnargl. Nerissa est le second membre de ce groupe, les autres étant de simples invitées. Avec Andreas, elle a partagé l'écriture du disque, son enregistrement, le mixage et la masterisation. C'est également elle qui est créditée pour les photos. Mais c'est à la harpe, tant électrique que classique, qu'elle dévoile tout le potentiel de son immense talent. L'instrument se trouve au cœur de chacune des compositions. Kerstin et Nicole ont toutes deux chanté sur Personal Effects (Part Two), alors que Katja tenait le chant principal sur le premier volet. Les fans de Frequency Drift se souviendront de sa voix sur l'album 817 (days) d'Echofields, duo formé avec Andreas entre 2000 et 2006. En plus de ses talents de chanteuse, Katja est une graphiste professionnelle qui a collaboré avec Scorpions, Sandra, AC/DC et bien d'autres artistes allemands. Au final, ce Memories Of Suns apporte un éclairage complémentaire à la passionnante discographie de Frequency Drift, groupe unique en son genre. 

Musiciens

Nerissa Schwarz : harpes
Andreas Hack : claviers, samples, programmation

Katja Hübner : chant
Kerstin Leidner : chant
Nicole Schnargl : chant

Titres

01. On My Own
02. Strange Dreams
03. Dandelion Ghost
04. Some Other Love
05. Fantasma
06. Remus
07. Pining
08. Don't Stay
09. Glow
10. Yonder

vendredi 20 octobre 2017

Frequency Drift - Ghosts... (2011)

Frequency Drift Ghosts
Frequency Drift - Ghosts... (2011)

Pourquoi écouter ce disque ?

Unanimement salué par la critique à sa sortie en 2011, Ghosts... n'a rien perdu de sa saveur les années passant. Après deux albums conceptuels (Personal Effects Part I & II) ayant suscité l'intérêt, nos Allemands originaires de Bayreuth étaient attendus au tournant pour leur troisième opus. Et ils n'ont pas déçu. A l'image de la pochette, Frequency Drift propose un rock atmosphérique sombre et mystérieux, teinté d'éléments folk. Cette coloration est donnée grâce à l'apport de la flûte, du violon et de la harpe électrique, présente dès le morceau d'ouverture Crows. Jouée par Nerissa Swchartz, celle-ci deviendra un élément central dans les prochains albums. Si Andreas Hack (claviers, compositions, production) est toujours aux commandes, il a partiellement renouvelé son équipe. Du précédent album, sont toujours présents son frère Christian (guitare, flûte) et le bassiste Jürgen Rennecke. En revanche, le batteur Wolfgang Ostermann n'apparaît que sur deux titres, les épiques Tempest et Dance No More. Il a cédé sa place à Martin Fox. Le chant est désormais tenu par une seule chanteuse, Antje Auer. Excellent choix ! Sa prestation sur Mermaid, morceau recyclé de l'époque Echofields est à couper le souffle.

Musiciens

Antje Auer : chant
Andreas Hack : claviers
Christian Hack : guitare, flûte
Jürgen Rennecke : basse
Martin Fox : batterie

Wolfgang Ostermann : batterie
Frank Schmitz : violon
Rainer Hartmann : guitare
Nerissa Schwartz : harpe électrique

Titres

01. Crows
02. Dreams
03. Sadness
04. Tempest
05. Ringshine
06. Dance No More
07. Mermaid
08. Come

vendredi 27 janvier 2017

Frequency Drift - Personal Effects (Part Two) (2010)

Frequency Drift Personal Effects (Part Two)
Frequency Drift - Personal Effects
(Part Two) (2010)
Suite logique de Personal Effects (Part One), cette seconde partie est disponible après deux (longues) années d'attente, en 2010. Nous retrouvons pour une nouvelle aventure les jeunes héroïnes River et Romance, toujours en lutte contre l'association secrète Dromedeidas. Personal Effects Part (Two) narre chaque événement marquant de cette journée cruciale de l'an 2046 où tout peut arriver.

Comme sur le précédent opus, il n'y a pas de paroles dans le livret, chaque chanson est illustrée par un dessin en noir et blanc stimulant l'imagination de l'auditeur. L'Allemand Andreas Hack, le maître d'œuvre, applique ainsi à la lettre son concept de rock progressif cinématique.

Grâce à la présence d'un grand nombre de collaborateurs, la musique s'en trouve densifiée et étoffée. Album centré sur les voix féminines, pas moins de trois chanteuses ont été conviées, chacune interprétant un personnage bien particulier. Parmi elles, Nicole Scharnagl (River) qui officiait auparavant au sein de Jester's Tear, formation de hard rock fondée en 1995 par les frères Hack et le batteur Wolfgang Ostermann.

Quatre guitaristes interviennent dont Jacob Holm-Lupo de White Willow sur un Inside floydesque, ainsi que le frère d'Andreas, Christian, également flûtiste. Outre le bassiste et le batteur déjà présents sur la première partie, une violoniste et la harpiste Nerissa Schwartz apparaissent ponctuellement. Celle-ci accompagnait Andreas sur l'album 817 (days) d'Echofields, ancêtre de Frequency Drift.

Sans surprise, on retrouve cet esprit familial dans d'autres formations comme Magenta ou IO Earth aux orientations musicales similaires. Durant plus d'une heure, les musiciens nous en mettent plein les oreilles et réussissent à nous entraîner dans cette histoire futuriste aux multiples rebondissements. Il serait dommage de passer à côté de ce petit bijou.



Musiciens


Nicole Scharnagl : chant
Christine Mettner : chant
Kerstin Leidner : chant
Andreas Hack : claviers
Steve Hohenberger : guitare
Christian Hack : guitare, flûte
Sebastian Koch : guitare
Kacob Holm-Lupo : guitare
Jürgen Rennecke : basse
Wolfgang Osterman : batterie
Barbara Jöris : violon
Nerissa Schwartz : autoharpe

Titres


01. Message
02. Deceit
03. Conflict
04. Inside
05. Awakening
06. Flight
07. Put It Down
08. Essence
09. Lasting Effect

dimanche 20 novembre 2016

Nerissa Schwartz - Playgrounds Lost (2016)

Nerissa Schwartz Playgrounds Lost Frequency Drift
Nerissa Schwartz - Playgrounds Lost
(2016)
Nerissa Schwartz navigue dans la galaxie Frequency Drift depuis de nombreuses années. Sa première apparition date de l'époque Echofields où elle joua de la harpe électrique sur cinq titres de l'album 817 (days) en 2006. On la retrouve ensuite aux côtés d'Andreas Hack au sein du projet parallèle Coronal Rain. Puis, elle apparaît en tant qu'invitée sur Personal Effects Part 2 et Ghosts. C'est à partir de Laid To Rest (2012) qu'elle devient un membre à part entière de Frequency Drift. Sa harpe électrique, instrument peu commun, apporte alors une nouvelle coloration sonore originale à la formation allemande. 

Playgrounds Lost, son premier album solo, a nécessité deux années de travail minutieux, d'introspection et de recherches personnelles sur l'enfance. Seule à la barre, elle a écrit, arrangé, produit et enregistré ce disque instrumental. Elle y joue bien évidemment de la harpe électrique, mais aussi du mellotron, instrument fétiche des amateurs de musiques progressives. 

Centré sur le thème de l'enfance, de ses joies, de sa beauté, de sa fragilité, il se dégage de Playgrounds Lost une ambiance énigmatique, quasi-fantomatique qu'illustre si bien la pochette du disque. Nerissa livre une œuvre troublante et cérébrale, à la beauté froide réchauffée par d'intenses rayons de soleil salvateurs. 

Musicienne


Nerissa Schwartz : harpe électrique, mellotron

Titres


01. Play
02. Dance Around Black Hole
03. Running Out
04. Fireflying
05. Last Spring
06. Yellow Skies
07. Something Behind Trees
08. No More Games
09. Playground Lost

mardi 8 mars 2016

Echofields - 817 (days) (2006)

Echofields 817 (days) Frequency Drift
Echofields - 817 (days) (2006)
Echofields, groupe allemand formé du claviériste Andreas Hack et de la chanteuse Katja Hübner, se situe à la préhistoire de Frequency Drift qui verra le jour en 2006. 

Pendant six ans, de 2000 à 2006, le duo va enregistrer toute une série de chansons dont douze seront sélectionnées pour apparaître sur leur premier et unique album 817 (days)

Afin d'enrichir leur musique, Andreas et Katja se sont entourés de quelques musiciens supplémentaires. Le frère d'Andreas, Christian, est venu prêter main forte à la guitare sur certains titres comme Pay, Gone ou Still. La harpiste Nerissa Schwarz est également présente. Avec les années, elle deviendra un élément indispensable à la musique de Frequency Drift. Pour l'heure, elle intervient en toute élégance sur cinq chansons (Ice, Reason, Uncertainty, Discipline, Remember). Si la basse est tenue par Tobias Schütz (ex-Devil's Cry, groupe éphémère de death metal), on peut regretter l'utilisation d'une batterie programmée qui donne un côté démo inachevée à l'ensemble.

Avec Echofields et 817 (days), Andreas Hack est aux prémices du concept de "Rock Progressif Cinématique" qu'il développera par la suite avec son prochain projet, Frequency Drift. Durant ces six années cruciales, il a expérimenté la recherche de nouveau sons, exploré la musique progressive dans ses moindres recoins et découvert tout l'avantage qu'il pouvait tirer de l'utilisation de voix féminines envoûtantes porteuses d'émotions. Les graines sont désormais semées. Elles donneront par la suite de magnifiques fruits comme les si bien nommés Mermaid et Ice qui prendront le temps de mûrir puis réapparaîtront respectivement, dans toute leur splendeur, sur les albums Ghosts (2011) et Laid To Rest (2012).   

Musiciens 


Katja Hübner : chant
Andreas Hack : claviers, programmation, guitare, basse

Christian Hack : guitare
Rainer Hartmann : guitare
Tobias Schütz : basse
Nerissa Schwarz : harpe
Cerstin Gwen : chant

Titres


01. Pay
02. Midnight
03. Flow
04. Mermaid
05. Crystal
06. Ice
07. Gone
08. Reason
09. Still
10. Uncertainty
11. Discipline
12. Remember