Affichage des articles dont le libellé est Inna Brejestovskaya. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Inna Brejestovskaya. Afficher tous les articles

mardi 1 mai 2018

La Nuit Des Fées (2007)

La Nuit Des Fées
La Nuit Des Fées (2007)

Pourquoi écouter ce disque ?

Symbole de l'âge d'or du label français Prikosnovénie, La Nuit Des Fées était un festival qui se tenait à Clisson le dernier week-end de septembre. Sa première édition a eu lieu en 2007 ; elle rassemblait des musiciens et chanteuses provenant des quatre coins du globe, entre heavenly et world music. Un vrai succès qui a permis la publication de cette compilation du même nom. Plus large, elle a pour ambition de proposer des titres inédits d'artistes à l'univers musical proche, guidés par cette même passion du mystère et des lieux magiques. Ainsi, le voyage débute en Bretagne avec Cécile Corbel, puis se poursuit à travers The Moon & The Nightspirit (Hongrie), Louisa John-Krol (Australie), Mediavolo (France), Caprice (Russie), Lys (France), Djaïma (Bulgarie), Fleür - M.R.F. (Ukraine), Karin Höghielm (Suède) et Collection D'Arnell-Andréa (France). Les six derniers titres sont issus de sessions improvisées entre Mediavolo, Pinknruby, Corde Oblique et Ashram. L'ensemble est proposé dans un magnifique coffret contenant un magnifique carnet de voyage illustré. Œuvre d'art à part entière, unique et rare, au pouvoir d'attraction puissant pour qui aime les voix féminines d'exception.

Musiciens et Titres

01. Cécile Corbel : Sans Faire Un Bruit
02. The Moon And The Nightspirit : Alkonyvarazs
03. Louisa John-Krol : Fai
04. Mediavolo : Dream Of Atlantis
05. Caprice : The Candle And Snow
06. Lys : La Poursuite
07. Djaïma : Malchanie
08. Flëur - M.R.F. : New Black Wings
09. Karin Höghielm : Flowend
10. Collection D'Arnell-Andrea : Closer To Unicorn
11. Pinknruby & Mediavolo : Friendship
12. Pinknruby & Mediavolo : Fishing Stars
13. Pinknruby & Mediavolo : Through The Valley Of Darkness
14. Mediavolo & Ashram : Shot In The Mid-air
15. Corde Oblique & Pinknruby : Klara
16. Pinknruby & Mediavolo : Freeing Of Spirit

samedi 6 janvier 2018

Caprice - Mirror (2006)

Caprice Mirror
Caprice - Mirror (2006)

Pourquoi écouter ce disque ?

Enregistré en 1996 à Moscou, il faudra attendre dix années avant que Mirror, le premier album de Caprice, ne soit distribué en France et à l’international. Et c'est le label des fées Prikosnovénie qui aura cet honneur. Œuvre de jeunesse aux résonances dramatiques abordant les thématiques de la vie, de la mort et de la vie après la mort, ce disque pose les bases de l'orientation musicale que prendra le groupe sous la direction de son mentor Anton Brejestovski (claviers), secondé au chant par son épouse, l'incroyable Inna Brejestovskaya : une musique néo-classique romantique et tragique, habitée de ce grain de folie propre à l'âme slave. Si la reconnaissance viendra par la suite grâce à la trilogie des Elvenmusic, hommage à l'œuvre de Tolkien, ce dernier est déjà évoqué ici à travers Waltz aux paroles extraites de l'un de ses poèmes. Neuf musiciens, tous issus du conservatoire, participent à l'album, dont deux, Anton Kobozev (flûte) et Evgeni Kochat (violoncelle) trouveront la mort lors de la terrible prise d'otage au théâtre de la Dobrouvka de Moscou, le 26 octobre 2002. Cette édition leur est dédiée. 

Musiciens

Inna Brejestovskaya : chant
Anton Brejestovski : claviers
Anton Kobozev : flûte
Evgeni Kochat : violoncelle
Vlad Komissarchuk : hautbois, cor anglais
Valery Vasiliev : clarinette
Alexandr Kolomiets : basson
Leonid Kopytin : basse
Alexandra Korzina : violon

Maria Voronina : chant
Denis Kalinsky : violoncelle

Titres

01. Open
02. Smoke Over City
03. Mirror
04. Interlude
05. Forest
06. Anticipation Of Nothing
07. Pause
08. Werter's Second Hell
09. Waltz
10. The Last Morning
11. Deneb
12. Afterlife

dimanche 22 janvier 2017

Caprice - Masquerade (2010)

Caprice Masquerade
Caprice - Masquerade (2010)
Fini les mondes féeriques de Kywitt! Kywitt! ou des Elvenmusic, retour à la dure réalité avec Masquerade, dixième album studio de Caprice, formation néoclassique russe conduite par le compositeur Anton Brejestovski et la chanteuse Inna Brejestovskaya. Ce concept-album inspiré des œuvres des poètes Daniil Harms, Velimir Khlebnikov, Marina Tsvetaeva, Anna Akhmatova, Nikolai Gumilev, Vladimir Mayakovsky et Kirill Zakharov se divise en deux temps. 

La première partie porte sur le temps de l'innocence, de la liberté de création et de la folie positive qui en découle où tout semble possible. Le poète, contraint par aucune limite, est maître de son œuvre, qu'elle soit d'avant-garde, romantique ou de contestation. Cette joie de vivre est palpable tout au long de ce cycle malgré l'orage qui s'annonce. 

Le basculement intervient à partir de l'interlude musicale The Master's Shadow d'inspiration wagnérienne. L'atmosphère s'assombrit subitement, à l'image de cette Russie sombrant dans le totalitarisme sanguinaire mis en place par Lénine, Trotski, puis Staline. Les masques tombent et, comme sur la pochette imaginée par Sabine Adélaïde, derrière se dissimule un système politique monstrueux dans lequel la peur règne et la mort rôde. Des poètes cités, un seul survivra. Exécutions sommaires, manques de soins volontaires, déportations et suicides plus ou moins assistés emporteront prématurément ces artistes et des millions d'autres innocents. Dans Unmasked, ces disparitions de masse sont incarnées à travers chaque battement, tandis qu'un chœur symphonique orthodoxe symbolise ces âmes torturées. Ce même chœur intervient dans Listen! où la mort devient la seule issue salvatrice à ce chaos et monde de souffrance. Après les supplications vaines (What Have I Done To You), la Russie s'est transformée en un champ de ruine duquel s'échappe le chant mortuaire God's Wrath Has Smitten Our World. La folie dévastatrice est à son comble dans Fox And Cockerel relatant les derniers moments de ce prisonnier ayant perdu la raison suite à la peur, la faim et la maltraitance et qui, dans un dernier moment de lucidité, crache au visage de ses geôliers révolutionnaires soit-disant agissant pour le bien de l'humanité, avant son exécution.

Album bouleversant d'un bout à l'autre, on ne ressort pas indemne de l'écoute de ce Masquerade dont le chant en russe lui confère toute une dimension symbolique. Rares sont les œuvres musicales s'aventurant avec autant de justesse dans les méandres de l'Histoire et explorant avec cette même intensité sa face obscure. Ne jamais oublier, telle est la mission du devoir de mémoire.




Musiciens


Irena Brejestovskaya : chant
Anton Brejestovski : piano, claviers, programmation
Alexandra Korzina : violon
Alexey Tolstov : violoncelle
Nikolai Gorshkov : contrebasse
Vladimir Bobovnikov : flûte, piccolo
Anton Konchakov : clarinette
Alexei Bazhalkin : basson
Vladislav Lavrik : trompette
Tanya Strunina : harpe
Minister of Sounds : guitare électrique
Max Brejestovski : basse
Dmitriy Vlasenko : batterie

Lyudmila Shamina : chant
Marina Nefteeva : chant
Vsevolod Vasiliev : chant
Vladimir Sudakov : chant
Vyacheslav Kirilyuk : chant
Maxim Osokin : chant

Titres


Part One
01. Reality
02. Agnesa
03. Stones
04. Marina
05. To A Girl
06. Venice
07. Elizabeth Played With Fire
08. Forest Lullaby

Part Two
09. The Master's Shadow
10. What Have I Done To You
11. Hunger
12. God's Wrath Has Smitten Our World
13. Hottentot Cosmogony
14. Unmasked
15. Listen!
16. Fox And Cockerel

jeudi 17 mars 2016

Caprice - Kywitt! Kywitt! (2008)

Caprice Kywitt
Caprice - Kywitt! Kywitt! (2008)
Caprice est un groupe russe néoclassique né dans les années 90 avec comme leader et principal compositeur Anton Brejestovski. Lui-même et les musiciens qui l'entourent sont issus de l'Opéra national de Moscou. Au fil des années, le noyau dur de la formation s'est constitué autour d'Inna Brejestoskaya (chant), d'Alexei Bazhalkin (basson), d'Alexandra Korzina (violon), d'Anton Konchakov (clarinette), de Vladimir Bobovnikov (flûte) et, bien évidemment, d'Anton Brejestovski aux divers claviers. 

En 2008, Caprice sort son septième album Kywitt! Kywitt! sur le label français spécialisé dans les heavenly voices, Prikosnovénie. L'avantage avec cette formation, c'est que les albums se suivent mais ne se ressemblent pas. Après s'être aventuré dans le domaine de la vie après la mort sur leur premier album Mirror (1996), les Russes ont ensuite exploré l'univers infiniment riche de Tolkien avec la trilogie des Elvenmusic, avant de rendre un vibrant hommage aux grands poètes britanniques que sont Shakespeare, Byron ou Shelley sur Sister Simplicity (2004). Avec Kywitt! Kywitt!, ils nous font basculer dans le monde magique des Frères Grimm peuplé de fées, d'elfes, de lutins et de champignons bizarroïdes. 

Le ton général est léger, malicieux, farceur. Inna, comme possédée, interprète avec brio tous ces petits personnages facétieux. Sa voix inimitable, parfois enfantine, est à ranger dans la famille de celles des Kate Bush, Tori Amos, Björk ou autres Loreena McKennitt. D'ailleurs, la ressemblance avec cette dernière est stupéfiante sur Blacksmith, chanson traditionnelle qu'avait repris auparavant Maddy Prior durant sa tournée de 1999 et qui avait donné lieu, par la suite, à l'album en public Ballads & Candles. Elle virevolte d'une comptine à l'autre avec une aisance égale, quelque soit l'idiome employé. L'anglais domine, mais l'allemand pointe le bout de son nez sur le délicieux Kywitt! Kywitt! et sa langue natale est à l'honneur sur The Dusk Of Kimmeria, doux poème romantique de Maximilian Volochine dédié à sa Crimée. Sur le titre bonus Fae, Fae, Fae, Fae, Fae, Fae, Fae, complètement déluré, elle est même accompagnée par le duo moscovite underground Dvar.

Album hors norme, comme toutes les productions de ce groupe culte, Kywitt! Kywitt! à l'énorme mérite d'apporter un peu de gaieté, sans pour autant tomber dans la niaiserie. Enfantin, mais jamais puéril, cet album donne tout simplement le sourire et fait le plus grand bien.



 Musiciens


Inna Brejestoskaya : chant
Anton Brejestovski : claviers, percussions
Alexei Bazhalkin : basson
Alexandra Korzina : violon
Anton Konchakov : clarinette
Vladimir Bobovnikov : flûte
Alexandr Kolomiets : flûte
Konstantin Shmyrev : violoncelle
Tania Strumina : harpe
Denis Osver : hautbois
Karen Ghazarian : duduk
Misha Gorky : basse
Mikhail Venikov : guitares
Andrei Abakumov : accordéon
Igor Astashev : batterie, percussions

Reyngold Gliere String Ensemble

Daniel : chœurs
Kirill : voix
Dvar : voix

Titres


01. Dundellion Wine
02. Monday, Tuesday
03. Kywitt! Kywitt!
04. Adew Sweet Amarillis
05. Mary Morison
06. Philomel, With Melody
07. Chritmas Lullaby
08. Blacksmith
09. The Dusk Of Kimmeria
10. More
11. Peggy O
12. Fae Fae Fae Fae Fae Fae Fae (bonus)