vendredi 10 juillet 2020

Vamp - Liten Fuggel (2012)

Vamp Eivor
Vamp - Liten Fuggel (2012)

Pourquoi écouter ce disque ?

La dernière fois que nous avons croisé la route du groupe Vamp, c'était lors du concert exceptionnel I Full Symfoni II où il partageait la scène avec le prestigieux orchestre de la radio norvégienne et la déesse des îles Féroé, Eivør Pálsdóttir. Pour leur dixième album studio sorti en 2012, le premier signé chez Universal, les musiciens réunis autour du fondateur Øyvind Staveland, ont de nouveau fait appel à Eivør qui intervient sur cinq des onze titres. Depuis sa création au début des années 90, Vamp distille un folk norvégien classieux teinté de musique celtique et de rock. En quelques années, il s'est imposé sur la scène norvégienne jusqu'à devenir un incontournable. Pour ce "Petit Oiseau" (Liten Fuggel), Eivør interprète en norvégien Elisabeth Og Elinborg, délicate ballade dédiée à ses sœurs, à l'origine parue sur Human Child en 2007. Puis elle chante en duo avec Paul Hansen sur le pêchu Se Meg. Elle participe ensuite aux chœurs de Ord, de la chanson titre Liten Fuggel sortie en single et surtout de l'excellent Benonis Voggesang rappelant son compatriote Budam, sur lequel elle réalise une de ses envolées célestes. Pas un titre ne dépasse les cinq minutes, le groupe privilégiant l'essentiel et l'efficacité. Sur ces points, c'est réussi. 

Musiciens

Paul Hansen : chant, guitares, mandolin, harmonica
Øyvind Staveland : chant, violon, flûte, accordéon, autoharpe
Torbjørn Økland : guitares, mandoline, trompette, bouzouki
Calle Apeland : basse, contrebasse, chœurs
Odin Staveland : chant, claviers, accordéon, batterie

Eivør Pálsdóttir : chant
Torstein Loft : batterie
Bugge Wesseltoft : piano
Entcho Todorov : violon
Yoon Kwon : violon
Ronald Lawrence : alto
David Eggar : violoncelle
Andreas Karlsen : cornet
Erik Eilertsen : bugle
Rune Brodahl : cor
Bjørg Bøe : cor
Sverre Olsrud : euphonium
Andreas Grønneberg : tuba

Titres

01. Ord
02. Se Meg
03. Liten Fuggel
04. Oles Vise
05. Benonis Voggesang
06. Elisabeth Og Elinborg
07. Skål
08. Karusell
09. I Min Sørgebåt
10. Sjel, Men Ingen Skjorta
11. Åpen Himmel 


jeudi 9 juillet 2020

The Pentangle - Solomon's Seal (1972)

Pentangle Solomon's Seal
The Pentangle - Solomon's Seal (1972)

Pourquoi écouter ce disque ?

La légende Pentangle prend fin avec le sceau de Salomon. Sorti en 1972, Solomon's Seal est le dernier album de la formation classique de Pentangle, la meilleure. Son élaboration a été mouvementée pour cause de conflits de personnes, d'abus d'alcool, de problèmes financiers, juridiques et contractuels avec leur ancienne maison de disque. Moins inspiré que ses prédécesseurs, il n'en demeure pas moins de haute tenue et figure encore aujourd'hui parmi les albums préférés de la chanteuse Jacqui McShee. Il se partage entre compositions originales (People On The Highway, chanson prophétique sur le désir d'avancer et de ne pas regarder en arrière, No Love Is Sorrow écrit par le génial Danny Thompson, aidé de Bert Jansch) et airs traditionnels (High Germany, Willy O'Winsbury, tous deux repris sous forme de clin d'œil sur le dernier album du deuxième Pentangle, One More Road, en 1993). C'est un vrai plaisir d'écouter ou, plus exactement, de savourer pour une dernière fois ces génies d'une époque, Jacqui, Bert, Danny, Jon Renbourn et Terry Cox, porteurs d'un renouveau musical. Devenu une sorte de graal au fil des années, les fans devront patienter jusqu'en 2002 pour découvrir la version CD car les masters originaux ont longtemps été considérés comme perdus.  

Musiciens

Jacqui McShee : chant
Bert Jansch : guitare acoustique, dulcimer, banjo, chant
John Renbourn : guitares, sitar, flûte, harmonica, chant
Danny Thompson : contrebasse
Terry Cox : batterie, percussions, chant

Titres

01. Sally Free And Easy 
02. The Cherry Tree Carol
03. The Snows
04. High Germany
05. People On The Highway
06. Willy O'Winsbury
07. No Love Is Sorrow
08. Jump Baby Jump
09. Lady Of Carlisle


dimanche 5 juillet 2020

Daniel Cavanagh - Monochrome / Colour (2020)

Danny Cavanagh Monochrome
Daniel Cavanagh - Monochrome / Colour (2020)

Pourquoi écouter ce disque ?

Cet album du leader d'Anathema, c'est un peu comme si Erik Satie et Nick Drake avaient collaboré ensemble. Il s'en dégage une langoureuse mélancolie. Une première version intitulée simplement Monochrome est parue en 2017. Le label Kscope, avec l'accord de Daniel Cavanagh, la réédite aujourd’hui accompagnée d'une nouvelle pochette incandescente et, bien plus intéressant, quatre titres bonus, dont deux inédits. A sa sortie, Daniel avait avoué que ce disque était inspiré par les sentiments d'amour et de perte. A l'exception du morceau d'ouverture The Exorcist, toutes les autres compositions avaient été rejetées par les membres d'Anathema en vue d'un éventuel album. C'est à se demander comment c'est possible tellement elles sont raffinées, à l'image du splendide The Silent Flight Of The Raven Winged Hours. The Exorcist, bien plus émouvante, occupe une place à part puisque cette chanson a été composée il y a une vingtaine d'années, alors que la mère du musicien luttait contre une maladie qui a fini par l'emporter. Avec la sensibilité qu'on lui connaît, Daniel s'interroge si, quelque soit l'endroit où elle se trouve maintenant, elle est fière de lui... La délicieuse Anneke van Giersbergen est venue l'accompagner aux vocaux. Ces deux-là se sont rencontrés à la fin des années 2000 lors d'un festival de metal en Roumanie. S'en est suivie une tournée acoustique en duo qui a donné lieu au témoignage live In Parallel (2009). A la même époque, Danny a participé au Pure Air (2009) d'Anneke, puis cette dernière est venue chanter sur le Falling Deeper (2011) d'Anathema. Transformée en Monochrome / Colour, cette escapade solo demeure en 2020 aussi réussie qu'elle l'était au moment de sa sortie trois ans plus tôt. 

Musiciens

Daniel Cavanagh : chant, instruments

Anneke van Giersbergen : chant
Anna Phoebe : violon

Titres

01. The Exorcist 
02. This Music 
03. Soho 
04. The Silent Flight Of The Raven Winged Hours
05. Dawn
06. Oceans Of Time 
07. Some Dreams Come True

Bonus Tracks 

08. The Exorcist (Acoustic) 
09. The Silent Flight of the Raven Winged Hours (Acoustic) 
10. Found 
11. Scandinavia

vendredi 3 juillet 2020

Maddy Prior & June Tabor - Silly Sisters (1976)

Maddy Prior June Tabor Silly Sisters
Maddy Prior & June Tabor - Silly Sisters (1976)

Pourquoi écouter ce disque ?

Non, elles ne sont pas sœurs. Elles sont justes copines. De vraies fofolles néanmoins. En 1976, Maddy Prior connaît un succès considérable avec Steeleye Span, notamment depuis la sortie de l'hymne All Around My Heart l'année précédente. Elle s'accorde donc une pause pour réaliser cet album étonnant en duo avec une certaine June Tabor. Cette dernière n'a pas encore la notoriété de sa consœur. Depuis la fin des années 60, elle se produit dans les clubs folks, mais n'a pas encore sorti d'album. Airs And Graces viendra combler ce manque cette même année. Toutes deux influencées par la chanteuse folk britannique Anne Briggs, c'est tout naturellement qu'elles ouvrent ce disque avec Doffin' Mistress, un classique de son répertoire depuis 1963. A l'exception de The Grey Funnel Line, chant marin composé par Cyril Tawney, Silly Sisters ne comporte que des airs traditionnels. Il y est question de chômage au XIXe siècle (Four Loom Weaver), d'amour perdu (Lass Of Loch Royal), de sexe (The Game Of Cards), d'humour (My Husband's Got No Courage In Him), ou encore de voyage (Singing The Travels). Cette dernière chanson sera reprise par les deux artistes lors de leurs retrouvailles sur scène en 2000 (album live de Maddy Ballads And Candles). L'atout principal de ce disque est bien évidemment le mariage à l'unisson des deux voix, chacune aussi sublime que l'autre. L'harmonie entre les deux est parfaite, tout comme la complémentarité. Martin Carthy (Steeleye Span), Danny Thompson (Pentangle), Jon Gillaspie (Gay & Terry Wood), Andy Irvine (Planxty) ainsi que son pote Johnny Moynihan apportent quelques couleurs complémentaires à l'ensemble. Sous son aspect farfelu, Silly Sisters demeure un incontournable de ces années folks où tout semblait encore possible. 

Musiciens

Maddy Prior : chant
June Tabor : chant

Martin Carthy : guitare, percussions
Nic Jones : violon, guitare
Tony Hall : mélodéon 
Andy Irvine : mandoline, vielle à roue
Johnny Moynihan : bouzouki, flûte irlandaise
Gabriel McKeon : uilleann pipes
Danny Thompson : basse 
John Gillaspie : basson, sopranino, bombarde 
Brian Golbey : violon

Titres

01. Doffin' Mistress 
02. Burning of Auchidoon 
03. Lass Of Loch Royal
04. The Seven Joys Of Mary 
05. My Husband's Got No Courage In Him
06. Singing The Travels
07. Silver Whistle
08. The Grey Funnel Line 
09. Geordie 
10. The Seven Wonders 
11. Four Loom Weaver 
12. The Game Of Cards
13. Dame Durdan

jeudi 2 juillet 2020

Computer Mind - The Aspie Project (2016)

Computer Mind The Aspie Project
Computer Mind - The Aspie Project (2016)

Pourquoi écouter ce disque ?

Computer Mind, c'est l'histoire d'un projet original qui avait tout pour séduire, mais qui a capoté. Atteint du syndrome d'asperger, forme d'autisme affectant la manière de communiquer, le bassiste néerlandais Mike van den Heuvel a composé cet opéra rock en partie autobiographique, inspiré sur le plan musical d'Ayreon. Son ambition était de faire évoluer les mentalités à travers son disque. D'où le titre The Aspie Project. L'histoire raconte comment un "aspie" (c'est ainsi que les porteurs du syndrome s'appellent eux-mêmes) gère les situations quotidiennes ainsi que certaines grandes étapes de la vie comme l'enfance, l'école et la difficulté de se faire des amis, les relations amoureuses ou le divorce des parents. Le casting est impressionnant, nous sommes au cœur de la galaxie "ayreonienne" avec Arjen Lucassen lui-même dans le rôle du docteur, Damian Wilson (le père), Marcela Bovio (la mère), et Marjan Welman (la petite amie). Découvert sur Lost In The New Real et responsable des premières voix sur la version démo de The Theory Of Everything, Wilmer Waarbroek joue le héros malgré-lui. Financé par l'intermédiaire d'un crowdfunding, l'album finira par arriver dans la boîte aux lettres de la centaine de contributeurs courant 2016 après une très très longue attente. Et puis silence radio total. Le site internet ne sera plus mis à jour, et le disque ne sera plus vendu. Que s'est-il passé ? Mystère... C'est bien dommage car si on peut reprocher quelques aspects brouillons, pour un premier essai, l'ensemble est plus que convaincant avec Wilson et Bovio qui, comme à leur habitude, se donnent à fond. Ecoutez ci-dessous le single Divorce puis jugez par vous-même. 

Musiciens

Wilmer Waarbroek  : The Son
Damian Wilson : The Father
Marcela Bovio : The Mother
Marjan Welman : The Girlfriend
Arjen Anthony Lucassen : The Doctor

Edwin Kraft van Ermel : guitares
Berry Lakerveld : guitares
Marcel Coenen : guitares
Koen van Amerongen : claviers
Mike van den Heuvel : basse
David Mulder : batterie
Harry Donders : contrebasse
Stijn Donders : violon
Julia Dinerstein : violon
Justyna Briefjes : violon
Miriam Kirby : violoncelle
Epic Rock Choir

Titres

01. Diagnosis 
02. Childhood Pt. 1
03. Childhood Pt. 2 
04. Coma 
05. Education 
06. Friendship Pt. 1 
07. Friendship Pt. 2 
08. Relationship Pt. 1
09. Relationship Pt. 2
10. Blind To Emotion 
11. Little Box 
12. Divorce 
13. A Gift Disguised As A Dilemma Pt. 1 
14. A Gift Disguised As A Dilemma Pt. 2
15. A Gift Disguised As A Dilemma Pt. 3


lundi 29 juin 2020

Laura Piazzai & Clive Nolan - From The Outside In (2019)

Laura Piazzai sings the music of Clive Nolan
Laura Piazzai & Clive Nolan - From The Outside In (2019)

Pourquoi écouter ce disque ?

On ne présente plus Clive Nolan claviériste émérite aux multiples projets (Arena, Pendragon, Caamora...). Au cours de sa longue et riche carrière, il n'a cessé de valoriser les voix féminines qui en imposent. Parmi celles-ci, impossible de ne pas citer l'Anglaise Tracy Hitchings, la Polonaise Agnieszka Swita, la Galloise Christina Booth ou encore l'Américaine Michelle Young. Cette fois-ci, il s'est associé à Laura Piazzai, chanteuse italienne formée à la soul et au R&B, passée ensuite par la dance music sous le nom de Lory L. En fait, c'est elle qui a contacté Clive pour avoir l'autorisation de reprendre certaines de ses chansons. Enthousiaste, il lui a proposé son aide et tous deux ont sélectionné les treize titres de cet album, From The Outside In. Leur ambition commune était de leur donner une nouvelle vie, de les réinventer. Ils ont pioché aussi bien dans le répertoire de Tracy Hitchings (album From Ignorance To Ecstasy) que du projet Strangers On A Train avec la même Tracy, et de Caamora mené à l'époque conjointement avec Agnieszka Swita. Le résultat est plus qu'honorable, avec un rendu bien rock et percutant. Pour y parvenir, ils se sont entourés de musiciens italiens du groupe de Laura, No Limits, et de musiciens de la galaxie "nolanienne" : Mark Westwood (Shadowland, Caamora), John Jowitt (Arena), Scott Higham (Pendragon), Karl Groom (Shadowland, Strangers On A Train). Andy Sears de Twelfth Night est venu prêter sa voix sur l'excellent Sensing A Presence, en duo avec Laura. Et Clive lui a réservé deux titres inédits taillés sur mesure : Book Of Thoughts et l’époustouflant Whole Again. On ne sait si cette coopération fructueuse se poursuivra ou si elle sera un simple coup d'essai, seul l'avenir nous le dira. Pour le moment, profitons au maximum de ce disque énergique, idéal pour passer l'été et bien au-delà. 

Musiciens

Laura Piazzai : chant
Clive Nolan : claviers, chant

Roberto Barcellini : guitares
Karl Groom : guitares
Oscar Mapelli : guitares
Mark Westwood : guitares
Gokhan Ince : basse
John Jowitt : basse
Sergio Quagliarella : batterie
Scott Higham : batterie
Andy Sears : chant

Titres

01. Beauty And The Beast
02. Shadows
03. From Ignorance To Ecstasy
04. (I Can't) Walk On Water
05. Book Of Thoughts
06. Sacrifice
07. Sensing A Presence
08. (I Can See You) House From Here
09. Murder
10. From The Outside In
11. Closer
12. Whole Again
13. Horizons In Your Eyes


dimanche 28 juin 2020

Wappa Gappa - A Myth (1998)

Wappa Gappa Shinwa
Wappa Gappa - A Myth (1998)

Pourquoi écouter ce disque ?

Direction l'Empire du Soleil levant à la découverte de Wappa Gappa. Fondé en 1992 par le bassiste Keizo Endo, cette formation originale réunit des musiciens professionnels désirant jouer une autre musique que celle imposée par les médias de masse. D'ailleurs, le nom "Wappa Gappa" inventé par le guitariste Yasuhiro Tachibana s'inspire de thèmes relatifs à la liberté, aux chaînes brisées. Deux particularités essentielles font la spécificité de ce groupe. D'une part sa musique exigeante, mélodique et accessible de laquelle se détache la guitare fougueuse de Tachibana. D'autre part le chant féminin en japonnais de Tamami Yamamoto, également parolière. D'aspect irréel évoquant parfois Elisabeth Fraser des Cocteau Twins, sa voix irradie l'ensemble. Ses textes, souvent sombres, trouvent leur inspiration dans les contes et légendes du Japon, ainsi que dans l'observation (pessimiste) du monde actuel. Après un premier opus autoproduit en 1996 et seulement disponible dans leur pays, les musiciens, soutenus par leur producteur Sato-Ken, ont cherché à sortir de leurs frontières. A Myth, leur deuxième disque, est distribué dans le monde entier par le label français spécialiste des musiques progressives Muséa. Entrer dans leur univers, c'est ouvrir la porte à un imaginaire insolite et contemplatif. 

Musiciens

Tamami Yamamoto : chant
Yasuhiro Tachibana : guitares
Hideaki Nagaike : claviers
Keizo Endo : basse
Hirishi Mineo : batterie

Titres

01. The Lion Hearted King
02. The Banquet
03. No Mercy
04. The Underground
05. A Myth
06. Pilgrimage Of Water 
07. The One And Only
08. Floating Ice 


vendredi 26 juin 2020

Dando Shaft - Dando Shaft (1971)

Dando Shaft
Dando Shaft - Dando Shaft (1971)

Pourquoi écouter ce disque ?

Côté pochette, on a fait mieux. Côté musique, c'est pas mal du tout. Fondé à la fin des années 60 à Coventry, dans le centre de l'Angleterre, Dando Shaft réunissait à l'origine Martin Jenkins (chant, mandoline, violon, guitares), Kevin Dempsey (guitares), Dave Cooper (chant, guitares), Roger Bullen (basse) et Ted Kay (percussions). Leur nom est inspiré d'un personnage de roman d'un obscur auteur américain. Un "dando" est également le surnom donné aux hommes à la réputation sulfureuse dans les chansons populaires du XIXe siècle. Leur musique folk teintée de prog, psychédélisme et jazz puise son inspiration tant dans leurs contemporains (Sandy Denny, John Martyn, Joni Mitchell, Crosby, Stills & Nash) que dans la musique traditionnelle bulgare, une passion commune. C'est pourquoi, après la sortie de leur premier disque An Evening With Dando Shaft en 1970, la presse musicale à tendance à les comparer à The Incredible String Band. Mais l'arrivée de la chanteuse Polly Bolton l'année suivante redistribue les cartes. Désormais, la référence devient Pentangle alors au sommet de sa gloire. Il faut dire que Polly possède une voix aussi claire et expressive que Jacqui McShee. Repérée grâce à ses concerts donnés avec June Tabor, la jeune chanteuse suit alors des études en zoologie et rêve d'explorer la jungle. Contrairement à Jenkins et Cooper, Dempsey n'est pas un chanteur confirmé, il recherche quelqu'un pour interpréter ses compositions. Linda Peters, future Linda Thompson, a été auditionnée pour la place, mais n'est finalement pas retenue, au profit donc de Polly. Au final, c'est sous la forme d'un sextet que Dando Shaft enregistre son deuxième album en 1971. Pas de reprises ici, ils jouent leurs propres chansons en acoustique, partagées entre trois voix. Polly se révèle sur l'intense River Boat magnifié par une flûte pastorale, un des meilleurs moments du disque, avec l’entraînant Coming Home To Me, le premier morceau, Sometimes chanté par Cooper, et le délicat Till The Morning Comes

Musiciens

Polly Bolton : chant
Martin Jenkins : chant, mandoline, violon, violoncelle, flûte, percussions
Kevin Dempsey : chant, guitare, percussions
Dave Cooper : chant, guitare
Roger Bullen : contrebasse, basse
Ted Kay : percussions

Titres

01. Coming Home To Me
02. Railway
03. Whispering Ned
04. Sometimes
05. River Boat
06. Kalyope Driver
07. Waves Upon The Ether
08. Dewet
09. Till The Morning Comes
10. Pass It On
11. Prayer

jeudi 25 juin 2020

Magenta - Masters Of Illusion (2020)

Magenta Masters Of Illusion
Magenta - Masters Of Illusion (2020)

Pourquoi écouter ce disque ?

Qu'il est loin le temps où Christina Booth craignait de poser sa voix sur des morceaux d'une durée variant entre dix et vingt minutes. C'était il y a vingt ans. Son truc à elle, c'était la pop, le rock, bref des chansons courtes, normales quoi. En entrant dans Magenta, elle ne s'imaginait pas qu'elle deviendrait une des chanteuses les plus emblématiques de la scène prog. Iona n'est plus, Landmarq s'est séparé de Tracy Hitchings pour la remplacer par un homme, tandis que Mostly Autumn et Karnataka ont tous deux changés de frontwomen, une fois pour les premiers, on ne compte plus pour les seconds. Avec son huitième opus, Masters Of Illusion, Magenta revient à un prog classique et mélodique, construit autour d'une thématique forte. Car outre sa chanteuse, une des principales particularités du groupe est de proposer des disques conceptuels éloquents. On se souvient du génial Seven inspiré des sept péchés capitaux, ou, plus récemment, de The Twenty Seven Club qui abordait le destin tragique de jeunes chanteurs, tous décédés à l'âge de vingt-sept ans. Masters Of Illusion s'inscrit dans cette continuité en s'intéressant à la vie de six acteurs cultes, spécialisés dans les films d'horreurs des années 50 et 60. Steven Reed, le parolier du groupe et frère du leader Rob, passionné depuis sa plus tendre jeunesse par les films de la Hammer, a élaboré ces histoires inspirées non pas de leurs rôles, mais de leurs vies aux multiples rebondissements. Ainsi, le premier morceau Bela raconte l'apogée puis la déchéance de l'acteur Bela Lugosi, célèbre pour son interprétation du comte Dracula. Au passage, Rob et sa bande opèrent un clin d'œil appuyé au tout premier album Revolutions, sorti il y a tout juste vingt ans. A Gift For God, sur lequel on entend la voix de John Mitchell (Arena, Lonely Robot), s'intéresse à un autre vampire, le regretté Christopher Lee. Lon Chaney Jr, personnage à l'allure inquiétante, mort alcoolique, incarnait à la perfection le rôle du loup-garou (Reach For The Moon). Snow a pour héroïne Ingrid Pitt, inoubliable en comtesse Dracula. Peter Cushing est The Rose (accompagné de Troy Donockley de Nightwish aux uilleann pipes), tandis que la chanson finale The Masters Of Illusion rend un vibrant hommage à l'éternel Vincent Price, celui-là même qui a terrorisé toute une génération en prêtant sa voix au Thriller de Michael Jackson. Cela fait maintenant longtemps que Magenta est passé maître dans son rock progressif recherché, proche de la perfection, baigné des nappes synthétiques de Rob, des guitares lumineuses de Chris Fry, et soutenu par une rythmique impeccable (Dan Nelson à la basse, Jiffy Griffiths à la batterie). Bien entendu, l'atout maître demeure la formidable Christina au chant habité et inimitable, reflétant toute la générosité de sa personnalité. 

Musiciens

Christina Booth : chant
Robert Reed : claviers, mandoline, guitares, chœurs
Chris Fry : guitares
Dan Nelson : basse
Juffy Griffiths : batterie

John Mirchell : chant
Pete Jones : saxophone
Troy Donockley : uilleann pipes

Titres

01. Bela
02. A Gift From God
03. Reach For The Moon
04. Snow
05. The Rose
06. Masters Of Illusion

lundi 22 juin 2020

Collection D'Arnell-Andréa - Exposition, Eaux-Fortes Et Méandres (2007)

Collection d'Arnell Andréa Exposition
Collection D'Arnell-Andréa - Exposition, Eaux-Fortes Et Méandres
(2007)

Pourquoi écouter ce disque ?

Bienvenue dans la toute nouvelle galerie d'art de Collection D'Arnell-Andréa. Vous allez découvrir onze peintures des XIXe et XXe siècles ayant pour thématiques communes la nature, le romantisme et la mélancolie. Chaque œuvre est illustrée par une chanson extraite de l'album Exposition, Eaux-Fortes et Méandres sorti en 2007. Installez-vous confortablement. Laissez une simple lumière tamisée autour de vous. Préparez-vous à laisser votre esprit divaguer, le résultat en sera encore plus confondant. 

01. Les Sombres Plis De L’Âme
 La Neige (1873) Charles-François DAUBIGNY

02.The Monk On The Shore
The Monk On The Shore (1809-1810) Caspar David FRIEDRICH
03. Les Herbes Mortes
Femmes Portant Du Foin Sur Une Civière (vers 1874) Camille PISSARO
04. Les Méandres
Crépuscule Sur La Loire (1999) Richard BOUTIN
05. The Long Shadow
The Long Shadow (around 1805) Johan Heinrich Wilhelm TISCHBEIN
06. I Can’t See Your Face
Twilight Fantasy (1911) Edward Robert HUGHES

07. Les Catacombes
Loire, Tristesse Des Mânes (1988) Nicolas MECHERIKI
08. Into Flowers
Le Printemps (1868-1873) Jean-François MILLET
09. Crowns Of Golden Corn
Le Rappel Des Glaneuses (1839) Jules BRETON
10. L’Eau Des Mauves
Ophélie (1852) John Everett MILLAIS

11. The Island Of The Dead
L’Île Des Morts (1880) Arnold BÖCKLIN

Musiciens

Chloé St Liphard : chant
Jean-Christophe d'Arnell : claviers, batterie, chant
Carine Grieg : claviers
Vincent Magnien : guitares
Franz Torres-Quevedo : basse, chant
Thibault d'Aboville : alto, chant
Xavier Gaschignard : violoncelle