Affichage des articles dont le libellé est MOSTLY AUTUMN. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est MOSTLY AUTUMN. Afficher tous les articles

dimanche 15 septembre 2019

Heather Findlay - Wild White Horses (2019)

Heather Findlay Wild White Horses
Heather Findlay - Wild White Horses (2019)

Pourquoi écouter ce disque ?

Étonnante Heather Findlay ! Dix ans après avoir quitté Mostly Autumn, elle sort pour la toute première fois un album sous son seul nom. Certes, en 2011 il y a eu The Phoenix Suite, mais il s'agissait d'un simple EP. Ensuite, elle s'est abritée derrière les noms de The Heather Findlay Band, The Heather Findlay Trio, ou de The Heather Findlay Quartet, sans oublier Mantra Vega, supergroupe fondé avec Dave Kerzner, ou son duo en compagnie de Chris Johnson. Sans aucun doute, Wild White Horses est l'album de la maturité, celui où elle s'assume pleinement. Réalisé avec l'aide de Luke Morley de Thunder (production, compositions, guitare, basse, claviers, percussions, mandoline, flûte, chœurs), ce nouveau disque se veut plus éclectique et offre une orientation plus rock, voire country, que prog ou folk. Mais les fans de la chanteuse ne seront pas désorientés, la pureté de sa voix est demeurée inchangée. Il suffit d'écouter la splendide ballade Firefly (voix/piano) pour se retrouver de suite ensorcelé. Seul le magnifique I Remenber sur lequel joue Troy Donockley de Nightwish évoque les années Mostly Autumn. Sa couleur celtique tranche en comparaison à un Face In The Sun aux sonorités plus orientales et spirituelles, héritières de l'époque Mantra Vega. Here's To You, brut et direct, est dédié à son ami Liam Davison, décédé tragiquement, en 2017, la veille de son cinquantième anniversaire. Elle écrit à son sujet ces belles paroles, très humbles : "When I remember the good times that we had / How can I be unhappy even if I'm sad?". Si son duo avec Danny Bowes (Just A Woman), chanteur de Thunder, peut surprendre, tant on s'éloigne de son registre habituel, la présence du grand Ian Anderson de Jethro Tull à la flûte sur Winner réconciliera tout le monde. D'une beauté insolente, Wild White Horses n'en fait pas moins preuve d'une élégance exquise, pour le seul plaisir de nos sens. 

Musiciens

Heather Findlay : chant

Luke Morley : guitares, mandoline, basse, claviers, flûte, percussions, chœurs
Dave McCluskey : batterie
Troy Donockley : uilleann pipes
Ian Anderson : flûte 
Tim Oliver : piano
Daniel Bowes : chant
Georgia Rankin : chœurs, manjira
Harlan Findlay-Loftus : chœurs, programmation
Drayke Findlay-Loftus : chœurs
Katy Burgess : chœurs
Sarah Dean : chœurs

Titres

01. Here's To You 
02. Just A Woman
03. The Island 
04. Face In The Sun
05. Southern Shores
06. I Remember
07. Wild White Horses
08. Winner
09. Already Free
10. Cactus
11. Firefly
12. Forget The Rain 

mercredi 7 août 2019

Joshua Burnell - Into The Green (2016)

Joshua Burnell Into The Green
Joshua Burnell - Into The Green (2016)

Pourquoi écouter ce disque ?

Quand un jeune chanteur folk explique dans une interview avoir grandi en écoutant des artistes aussi divers que Queen, Led Zep, Bowie, Steeleye Span, Genesis, Yes, Deep Purple, Jethro Tull, Velvet Underground ou Nick Cave, on ne peut être qu'interpellé. Je l'ai découvert par l'intermédiaire d'Angela Gordon de Mostly Autumn qui joue de la flûte sur son premier album autofinancé Into The Green. Fascinant d'un bout à l'autre, ce disque entièrement composé par le seul Joshua, se divise en deux parties. La première est une collection de chansons indépendantes les unes des autres, inspirées du folk traditionnel britannique. Impossible de résister à l'air héroïque de Sing For The Island sur laquelle Frances Sladen pose sa voix ou à Fair As The Heather influencée à la fois par le Carpet Crawlers de Genesis et Pink Floyd. La seconde partie est un ensemble de sept morceaux évoquant l'histoire d'un jeune berger ayant perdu son troupeau suite à un orage. N'écoutant que son courage, il décide de partir à sa recherche et pénètre dans un bois enchanté où il devra faire face à de terrifiants démons. Cette aventure n'est pas sans évoquer l'œuvre de Tolkien à laquelle Joshua est très attaché. D'ailleurs, il a confié à Ted Nasmith, illustrateur du célèbre écrivain, le soin d'illustrer la pochette du disque. Entouré de dix musiciens, dont son frère Ben et leur ami Nathan Greaves avec lesquels il avait fondé le groupe de rock progressif Valénor, Joshua s'est donné les moyens de son ambition en confiant le mastering à Jon Astley qui a travaillé par le passé pour Elton John, Peter Gabriel, Eric Clapton, Tori Amos, Toto ou Anathema. Le résultat est tout simplement grandiose. Avec de telles références, impossible de passer à côté de cette étoile montante.  

Musiciens 

Joshua Burnell : chant, guitares, claviers, batterie, percussions glockenspiel, autoharpe, bol tibétain

Antonio Curiale : violons
Matthew Mefford : contrebasse
Rachel Brown : violoncelle
Nathan Greaves : basse, guitares
Frances Sladen : chant
Liam Hardy : cajon
Paul Younf : mélodéon, chœurs
Angela Gordon : flûtes
Dan Webster : guitares, chœurs
Ben Burnell : guitares, mandoline, bouzouki, chœurs

Titres


01. Sing For The Island
02. The Smuggler's Tale
03. The Old Man And The Tree
04. The Winner's Side
05. Fair As The Heather
06. The Search
07. Forest Wanderer
08. The Enchanted Wood
09. The Dark Wood
10. The Deep
11. The Dwarf
12. The Misted Valley
13. The Gremlin King
14. The Return

samedi 27 juillet 2019

The Heather Findlay Trio - Aces And Eights: A Night In The Saloon Bar (2018)

Heather Findlay Aces And Eights
The Heather Findlay Trio - Aces And Eights:
A Night In The Saloon Bar (2018)

Pourquoi écouter ce disque ?

Avril 2017, Heather Findlay donne une série de concerts dans un cadre des plus intimistes. Pour cette performance semi-acoustique, se tiennent à ses côtés le guitariste Martin Ledger (ex-Cloud Atlas) et la harpiste Sarah Dean, "The Incredible String Blonde". L'espace d'un instant, le temps semble suspendu. En professionnelle de la scène, Heather interagit avec le public, le fait rire, le charme, l'émeut. Son impressionnant répertoire se voit revisiter de manière originale, que ce soit ses années Mostly Autumn (Unoriginal Sin, Caught In A Fold, Evergreen, sublime), l'époque Odin Dragonfly avec son amie Angela Gordon (Magnolia Half Moon, Yellow Time), ou, plus récemment, sa collaboration avec Dave Kerzner au sein de Mantra Vega (Mountain Spring, Lake Sunday, I've Seen Your Star). Son dernier album en date, I Am Snow est également abordé à travers Bitterness Burnt, autre reprise de Mostly Autumn, et l'inédit Dark Eyes/The Dreamer's Wake, composé par ses soins. A l'écoute de ce disque aux couleurs folk, on distingue nettement la filiation d'Heather avec les grandes figures du folk électrique britannique que sont Linda Thompson, à l'époque de son duo avec son mari Richard, et surtout Sandy Denny.

Musiciens

Heather Findlay : chant, guitare acoustique, flûtes
Sarah Dean : harpe, shaker, flûte, chant
Martin Ledger : guitare électrique, chant

Titres

01. Mountain Spring 
02. Lake Sunday 
03. Bitterness Burnt
04. Magnolia Half Moon 
05. Unoriginal Sin 
06. Yellow Time 
07. Ive Seen Your Star 
08. Caught In A Fold
09. Dark Eyes / The Dreamers Wake
10. Evergreen

vendredi 28 juin 2019

Mostly Autumn - White Rainbow (2019)

Mostly Autumn White Rainbow
Mostly Autumn - White Rainbow (2019)

Pourquoi écouter ce disque ?

White Rainbow est l'album de Mostly Autumn qui n'aurait jamais dû paraître. Non pas à cause de ses qualités musicales ou artistiques, mais parce qu'il rend hommage à l'ami parti trop tôt. Liam Davison, guitariste du groupe durant dix-huit ans, s'est éteint le 4 novembre 2017, à la veille de son cinquantième anniversaire. Lui et Bryan Josh, l'âme de Mostly Autumn, étaient amis depuis l'âge de treize ans. White Rainbow a donc été enfanté dans le chagrin, la tristesse et la nostalgie. Les fans du groupe le savent, Josh et les siens ne sont jamais aussi bons, émouvants que lorsqu'ils rendent hommage à leurs proches disparus. On se souvient tous de Heroes Never Die en mémoire du père de Bryan ou de The Gap Is Too Wide, ode à la mère du claviériste Iain Jennings, pures merveilles. Ces exemples n'étaient que des chansons, White Rainbow est entièrement dédié à Liam... ou presque. Procession, Viking Funeral, Burn et Young ont été écrits spécialement en son souvenir, mais son ombre plane sur chacune des huit autres pistes, y compris sur la chanson titre, le morceau le plus long (près de vingt minutes) jamais enregistré par la formation originaire de York et qui aborde une thématique écologique. De son vivant, Liam avait émit l'idée de funérailles viking après sa mort. Cette cérémonie consiste à installer sur un bateau-tombe le corps du défunt, d'y mettre le feu, puis de laisser dériver l'embarcation. Ne pouvant le réaliser matériellement, Mostly Autumn le fait musicalement à travers les deux premiers titres du disque. Aidés de Troy Donockley aux uilleann pipes et whistles, Bryan, Iain, Olivia, Angela, Andy, Chris et le dernier arrivé dans la bande Henry Rogers (Final Conflict, Touchstone, Heather Findlay Band), regardent tous solennellement les flammes disparaître à travers les flots. Dès les premières notes, l'émotion vous prend aux tripes et ne vous lâche plus. Les larmes finissent même par jaillir, nous avons tous un ami, un proche que l'on regrette et que nous ne reverrons plus. 

Musiciens

Olivia Sparnenn : chant, claviers
Bryan Josh : chant, guitares, claviers
Iain Jennings : claviers
Chris Johnson : chant, guitares, claviers, basse
Angela Gordon : flûtes, chœurs
Andy Smith : basse
Henry Rogers : batterie, percussions

Troy Donockley : uilleann pipes, whistles

Titres

1.01. Procession
1.02. Viking Funeral 
1.03. Burn 
1.04. Run For The Sun 
1.05. Western Skies 
1.06. Into The Stars 
1.07. Up
1.08. The Undertow 
1.09. Gone 
1.10. White Rainbow
1.11. Young 

CD Bonus
2.01. Cardboard Ship 
2.02. The Gardener 
2.03. Once Upon A Time 
2.04. Coming Home 
2.05. Gone (extended version)
2.06. Thanks 
2.07. Eternally Yours 
2.08. Just So You Know 

Eternally Yours est un extrait de l'album solo de Liam Davison, A Treasure Of Well-Set Jewels (2011) dont les musiciens sont :
Liam Davison : guitares, chant
Iain Jainings : piano, cordes
Anne-Marie Helder : chant
Simmon Waggott : orgue Hammond
Gavin Griffiths : batterie



vendredi 14 juin 2019

Mantra Vega - The Illusion's Reckoning (2016)

Mantra Vega The Illusion's Reckoning
Mantra Vega - The Illusion's Reckoning (2016)

Pourquoi écouter ce disque ?

Mantra Vega avait suscité l'attention avec son tout premier single Island sorti en 2015. La question était de savoir si l'album annoncé serait aussi bon. Disponible l'année suivante, The Illusion's Reckoning confirme cette interrogation au-delà des espérances. Pour mémoire, ce supergroupe de rock progressif réunit la Britannique Heather Findlay (ex-Mostly Autumn) et l'Américain Dave Kerzner de Sound Of Contact auxquels ont été associés Chris Johnson (Mostly Autumn, Halo Blind), Dave Kilminster (Roger Waters, Steven Wilson), Stuart Fletcher (The Seahorses, We Could Be Astronauts) et Alex Cromarty (Mostly Autumn, Riversea). Et qui dit supergroupe, dit super album, et qui dit super album dit supers invités : Troy Donockley de Nightwish, Angela Gordon de Mostly Autumn, Irene Jansen d'Alarion, Arjen Lucassen d'Ayreon, et Matt Dorsey de Sound Of Contact. En fait, Mantra Vega est la poursuite de la collaboration en Heather et Dave qui avait débuté sur l'album de ce dernier New World. Ensemble, ils ont créé une musique originale, empreinte de mysticisme oriental, entre prog, new age, rock atmosphérique, folk et psychédélisme. Quel plaisir de retrouver une Heather Findlay au sommet de sa forme, au chant toujours aussi passionné comme en témoigne Mountain Spring ou la chanson titre The illusion's Reckoning qui s'étend sur près de dix minutes. Les nostalgiques de Mostly Autumn première époque écouteront avec attention les pistes six et huit qui auraient eu toute leur place sur le mythique Passengers ou son prédécesseur The Last Bright Light.

Musiciens

Heather Findlay : chant, percussions, flûtes, guitare acoustique
Dave Kerzner : chant, claviers, sound design, percussions, guitare acoustique
Dave Kilminster : guitares
Chris Johnson : guitates
Stu Fletcher : basse
Alex Cromarty: batterie

Troy Donockley : chant, guitare
Irene Jansen : chant
Angela Gordon : chant, flûtes
Arjen Lucassen : guitare
Matt Dorsey : mandolines, guitare acoustique
Brett Caldas-Lima ; sound design, claviers
Remko de Landmeter : flûte
Georgia Rankin : chant
Howard Rankin : chant
Plamen Gulubov : chant
Harlan Findlay Loftus : bruitage
Drayke Findlay Loftus : bruitage

Titres

01. Every Corner 
02. Island
03. Veil Of Ghosts
04. Lake Sunday
05. Mountain Spring 
06. In A Dream 
07. Learning To Be Light 
08. I've Seen Your Star 
09. Island (Reprise) 
10. The Illusion's Reckoning 
Bonus track 
11. Mountain Spring (Acoustic version) 

mercredi 8 mai 2019

Mostly Autumn - Sight Of Day (2017)

Mostly Autumn Sight Of Day
Mostly Autumn - Sight Of Day (2017)

Pourquoi écouter ce disque ?

En 2017, avec ce douzième album au compteur, il n'est pas exagéré de dire que Mostly Autumn est devenu le principal héritier du rock flamboyant des années fastes 68-78, dans toute sa diversité, incluant aussi bien Renaissance, Pink Floyd, Genesis, Fairport Convention, Deep Purple que Procol Harum. Tendez bien l'oreille à l'écoute de ce Sight Of Day, et vous percevrez à un moment ou un autre, chacune de ces influences, et bien d'autres encore. Après un Dressed In Voice d'une noirceur absolue, Bryan Josh, l'âme et la guitare de Mostly Autumn, a souhaité que cet opus soit plus lumineux. A côté de ses propres compositions, il a sélectionné d'autres titres écrits ou co-écrits par Olivia Sparnenn-Josh (somptueux The Man Without A Name, Only The Brave), Iain Jennings (Tomorrow Dies évoquant les années Breathing Space) et Chris Johnson (héroïque Changing Lives). Ce dernier fait son grand retour au sein de la formation, tout comme la géniale Angela Gordon (flûtes) qui avait cédé sa place à Anne-Marie Helder après Heart Full Of Sky en 2007. Plus unis que jamais, avec Andy Smith et Alex Cromarty à la rythmique, les sept musiciens et leurs deux invités (Troy Donockley de Nightwish et Anna Phoebe du Trans Siberian Orchestra), proposent une explosion de saveurs débutant par l'épique dramatique Sight Of Day, puis se terminant par un Forever And Beyond teinté de nostalgie. La magie ne cesse d'opérer, que ce soit sur Once Round The Sun ou Native Spirit mettant en valeur le jeu de guitare unique de Josh ou sur Raindown démontrant une nouvelle fois le talent d'Olivia, alliant technique de chant de haut niveau et émotion intense, et dont le large spectre vocal est capable de couvrir l'espace en une fraction de seconde. Nouveau coup de cœur, Sight Of Day demeurera partiellement incomplet sans son disque bonus sorti en édition limitée, comportant d'autres petites pépites essentiellement chantées par Olivia (Heart, Body And Soul, Moments, In Time). 

Musiciens

Olivia Sparnenn-Josh : chant, claviers, percussions
Bryan Josh : chant, guitares, claviers
Iain Jennings : claviers
Chris Johnson chant, guitares, claviers, percussions
Angela Gordon : flûtes, chant
Andy Smith : basse
Alex Cromarty : batterie, percussions

Troy Donockley : uilleann pipes, whistle 
Anna Phoebe : violon

Titres

1.01. Sight Of Day
1.02. Once Around The Sun
1.03. The Man Without A Name
1.04. Hammerdown
1.05. Changing Lives
1.06. Only The Brave 
1.07. Native Spirit
1.08. Tomorrow Dies 
1.09. Raindown
1.10. Forever And Beyond 

CD Bonus
2.01. No Sense
2.02. Back In Time 
2.03. Heart, Body And Soul 
2.04. Moments 
2.05. Pushing Down The Floor
2.06. July (Instrumental) 
2.07. In Time

dimanche 14 avril 2019

#SheRocks - The Prog Panel Pt.1

Intéressante vidéo sur l'évolution de la place des femmes dans le rock progressif. Participantes à la discussion : Jacqui McShee (Pentangle), Marjana Semkina (Iamthemorning), Heather Findlay (ex-Mostly Autumn), Christina Booth (Magenta), Anna Murphy (Cellar Darling), Sharon Chevin et Catherine Jackson. 

jeudi 21 mars 2019

Josh & Co LTD - Transylvania Part 1: The Count Demands It (2016)

Bryan Josh Transylvania
Josh & Co LTD - Transylvania Part 1: The Count Demands It
(2016)

Pourquoi écouter ce disque ?

Pour sa nouvelle escapade en solo, Bryan Josh, leader de Mostly Autumn, se lance dans une trilogie sanguinolente. Entre horreur et humour, le narrateur de cette histoire raconte sa rencontre avec une magnifique vampire au fin fond de la Transylvanie, sa captivité et sa relation toute particulière avec le père de celle-ci, un certain Comte non dénué de cruauté. Ambiance glaciale garantie, ainsi que dérision, à l'instar du célèbre Bal Des Vampires de Polanski. Si la musique s'éloigne guère de ce que Josh propose avec Mostly Autumn, le son est plus brut, quasi métal parfois, avec un certain lâcher prise dans l'exploration de nouvelles voies. C'est le cas notamment pour un Carnival Of The Rotting Sun terrible, sur lequel excelle Troy Donockley, son ami de vingt ans. Avec Bryan, tout est affaire de famille et d'amis. S'il chante et joue des principaux instruments, son épouse Olivia Sparnenn-Josh vient poser sa merveilleuse voix sur deux titres en jouant le rôle de la fille du Comte. Autre ami de longue date, le chanteur Marc Atkinson (Riversea, Nine Stones Close) rejoint les chœurs à la fin de l'aventure (Beyond The Wall). Un peu avant, ceux sont les enfants d'Heather Findlay et d'Angela Gordon qui ont participé au carnaval diabolique aux côtés de Troy. Quant à Anna Phoebe, son violon électrise The Dead Sun, déchirante lueur d'espoir avant que ne s'abatte à tout jamais l'obscurité. Pour les percussions, Bryan a convoqué son compagnon de route Alex Cromarty, authentique diablotin qui a su conserver son âme d'enfant. Cette première partie étant une très bonne surprise, l'impatience demeure dans l'attente de la suite. 

Musiciens

Bryan Josh : chant, guitares, claviers, basse, percussions

Olivia Sparnenn-Josh : chant
Alex Cromarty : batterie
Troy Donockley : uilleann pipes, whistles, bouzouki, chant
Anna Phoebe : violon, alto
Marc Atkinson : chant
Scarlett Gordon : chant
Karlan Findlay-Loftus : chant
Drayke Findlay-Loftus : chant

Titres

01.The Count Speaks
02. The Back Lane
03. In For The Bite
04. Far Away
05. The Castle of 1000 Dead
06. Again The Count Speaks
07. Carnival Of The Rotting Sun
08. The Wolves Of Kolkon
09. The Dead Sun
10. The Count Lectures
11. Lonely and Cold
12. Rainbow
13. The Old Man
14. Ulak The Gripper
15. Beyond The Wall
16. The Count Commands

lundi 11 mars 2019

Mantra Vega - Island (2015)

Mantra Vega Island Heather Findlay
Mantra Vega - Island (2015)

Pourquoi écouter ce single ?

Belle surprise que ce nouveau projet inattendu en cette année 2015 ! Heather Findlay, ex-chanteuse de Mostly Autumn, ainsi que le claviériste américain Dave Kerzner de Sound Of Contact se sont associés pour mettre en place un supergroupe dénommé Mantra Vega. Pour cela, ils ont contacté leurs amis les guitaristes Chris Johnson (Mostly Autumn, Halo Blind) et Dave Kilminster (Roger Waters, Steven Wilson), le bassiste Stuart Fletcher (The Seahorses, We Could Be Astronauts), le batteur Alex Cromarty (Mostly Autumn, Riversea). Dans l'attente d'un premier disque en préparation, ils publient ce premier single durant l’été. Tandis que les trois premiers titres (Island, Mountain Spring, Every Corner) se retrouveront plus tard sur l'album, la version radio d'Island demeurera inédite. Si, de prime abord, le duo vocal Heather/Dave peut laisser penser à la collaboration de la chanteuse avec Bryan Josh au sein de Mostly Autumn, côté musique il en est tout autre. La musique de Mantra Vega, bien que d'essence progressive, regarde autant vers le rock atmosphérique, que le New Age ou le psychédélique. Ce premier single est un véritable coup de cœur. La suite n'en sera que meilleure !

Musiciens   

Heather Findlay : chant, percussions
Dave Kerzner : chant, claviers, sound design, percussions, guitare acoustique
Chris Johnson : guitares
Dave Kilminster : guitares
Stuart Fletcher : basse
Alex Cromarty : batterie

Angela Gordon : flûte

Titres

01. Island
02. Mountain Spring
03. Every Corner
04. Island (Radio Edit)

vendredi 30 novembre 2018

Mark Rowen - Radiance (2018)

Mark Rowen Radiance
Mark Rowen - Radiance (2018)

Pourquoi écouter ce disque ?

Radiance ou le retour de Breathing Space ? On pourrait le penser quand on liste les musiciens qui ont contribué à cet album. Trois d'entre eux ont auparavant collaboré à Coming Up To Air (2007) : Paul Teasdale (basse), Barry Cassells (batterie) et Mark Rowen (guitares). Pourtant, Radiance est avant tout l'œuvre solo de ce dernier. Elle a germé dans son esprit depuis son départ du groupe en 2009. Entre-temps, le guitariste s'est illustré sur Out Of An Ancient World de Riversea (2012) puis sur When Empires Fall (2014), projet de son ami Paul Teasdale. Pour Radiance, il a fait également appel au claviériste Leigh Perkins ainsi qu'à la chanteuse Lisa Box, véritable révélation. Son chant impérial s'apparente à celui de Stevie Nicks de Fleetwood Mac, mais aussi à Linda Thompson, notamment sur la splendide ballade On The Blue Horizon, aux paroles coécrites avec Olivia Sparnenn de Mostly Autumn (et ancienne chanteuse de Breathing Space). Entre rock épique et musique héroïque, Radiance surprend par ses sonorités à la fois contemporaines et typées années 70 ou 80 comme My Shadow Walks Alone, Time To Leave ou le très beau titre final Shine se clôturant par un solo de guitare rayonnant. Luke Of The Siren, Carousel et Love Is Like A Rock, de par leurs longueurs et structures, seront certainement les passages qui intéresseront le plus les amateurs de rock progressif. Non seulement Guy Manning (The Tangent, UPF, Damanek) et Rob Cottingham (Touchstone, Cairo) officient respectivement aux claviers sur les premier et deuxième morceaux, mais se dégage de ces trois titres une aura scintillante où inventivité rime avec originalité. Au final, je ne peux que conseiller de se procurer cet album, ne serait-ce que pour encourager et soutenir les petits artistes qui doivent absolument continuer à exister. S'ils disparaissent, ce sera comme pour les abeilles, il n'y aura plus d'humanité...  

Musiciens

Mark Rowen : guitares, mandoline, claviers, programmation, chant
Lisa Box : chant
Leigh Perkins : claviers, chœurs
Paul Teasdale : basse, chœurs
Barry Cassells : batterie

Donna Maria Bottomley : chant
Cleo Harratt : vocal loop
Rob Cottingham : claviers
Guy Manning : claviers
Moray MacDonald : pads, orgue

Titres

 01. Opening Move
02. My Shadow Walks Alone
03. Feel Like Letting Go
04. On The Blue Horizon
05. The Reason Why
06. Time To Leave
07. Lure Of The Siren
08. Carousel
09. Trick Of The Light
10. Love Is Like A Rock
11. Shine

jeudi 29 novembre 2018

When Empires Fall - When Empires Fall (2014)

When Empires Fall Paul Teasdale
When Empires Fall - When Empires Fall (2014)

Pourquoi écouter ce disque ?

On se souvient de Paul Teasdale, bassiste de Breathing Space puis de Stolen Earth où il partageait le chant avec Heidi Widopp. Celle-ci partie fonder Cloud Atlas, Paul s'est investi dans When Empires Fall. Plus proche d'un projet solo que d'un véritable groupe, le musicien joue de tous les instruments (guitare acoustique, basse, claviers), à l’exception  des guitares électriques tenues par Stew King, Dave Hunt et son ancien collègue de Breathing Space, Mark Rowen, lumineux sur Under No Illusion. Deux voix féminines, Aleksandra Koziol et Johanne Wallis font leur apparitions sur quatre titres, dont un puissant Nothing But Moonnbeams évoquant le Crumble chanté par Valerie Gracious de Phideaux (album Doomsday Afternoon). Autre morceau de bravoure interprétée par une des chanteuses, Call To The Night's Watch. Par son aspect bucolique et  sa montée progressive, cette très belle pièce s'inscrit dans le sillage du Mostly Autumn époque Heather Findlay. Auteur de la musique et des paroles, ainsi que de la pochette, Paul a imaginé un monde post-apocalyptique en reconstruction sur de toutes nouvelles bases. Ce concept album à la fois inspiré et torturé puise son inspiration tant dans le rock progressif des origines (Pink Floyd, Rush) que contemporain (Porcupine Tree, Ayreon). Baignée d'orgue Hammond, la ballade Barricade fait partie de mes titres favoris tout comme le sympathique final To Rest aux faux airs d'une chanson des Beatles époque psychédélique. 

Musiciens 

Paul Teasdale : chant, basse, guitare acoustique, claviers
Stew King : guitares
Dave Hunt : guitares

Mark Rowen : guitares
Aleksandra Koziol : chant
Johanne Wallis : chant

Titres

01. Intro
02. Hurt
03. On Your Skin
04. New World
05. Nothing But Moonbeams
06. Journey To The Sun
07. Barricade
08. 14 Bullets
09. Under No Illusion
10. Call To The Night's Watch
11. Sinking Deeper
12. We Are The Future
13. To Rest

vendredi 26 octobre 2018

The Heather Findlay Quartet - Horse Feathers (2017)

Heather Findlay Horse Feathers
The Heather Findlay Quartet - Horse Feathers (2017)

Pourquoi écouter ce disque ?

Dans la continuité de son très bel album hivernal I Am Snow publié en 2016, Heather Findlay revient, fin 2017, avec Horse Feathers. Ce CD deux titres, édité en très peu d'exemplaires, semble aujourd'hui épuisé. Pour ce projet, l'ancienne chanteuse de Mostly Autumn a choisi d'appeler son groupe The Heather Findlay Quartet comprenant, à ses côtés, le guitariste Martin Ledger (Cloud Atlas), Sarah Dean aux flûtes, et le jeune multi-instrumentiste d'origine néerlandaise Joska de Langen. Les chansons proposées sont deux airs traditionnels popularisés dans les années 70 par les géants du folk britannique. Gaudete, chant d'origine médiévale, apparaît sur l'album Below The Salt de Steeleye Span en 1972. Interprété a cappella (!) et en latin (!), il s'agit du premier titre du groupe à être entré dans les charts britanniques. La version livrée ici s'inscrit dans la continuité de ce folk médiéval, mais a la particularité d'introduire une partie instrumentale. Le titre suivant, The Snows They Melt The Soonest, date du XIXe siècle. Remis au goût du jour dans les années 60 par Anne Briggs, il apparaît également sur l'album Solomon's Seal (1972) de Pentangle sous la simple dénomination de The Snows. C'était alors Bert Jansch au chant, et non pas Jacqui McShee. La version d'Heather est bien plus classique et douce. Le sitar joué par John Renbourn a laissé place à un délicat piano hivernal accompagné de flûtes. Malgré ces parallèles, s'il fallait comparer Heather avec une des chanteuses de folk des années 70, ce serait sans hésiter Sandy Denny. Bien que très différentes dans leur approche musicale, elles sont dotées toutes deux d'une même passion, d'une même énergie et ont su prendre des risques tout au long de leurs carrières respectives. Celle de Sandy ayant été malheureusement trop courte.  

Musiciens

Heather Findlay : chant, flûte
Sarah Dean : chant, flûtes
Martin Ledger : chant, guitare électrique
Joska de Langen : chant, guitare acoustique, piano

Titres

01. Gaudete
02. The Snows They Melt The Soonest